Quand ma boss me cherche… elle me trouve

bandeau_wow

Dans ma carrière professionnelle, j’ai eu l’occasion de travailler avec toutes sortes de personnalités : à tel point que je pourrais écrire dix volumes sur le thème « gérer les personnalités difficiles » ! Mais il y a une expérience qui a été particulièrement désagréable : il y a quelques temps, j’ai été confrontée à une boss qui me prenait pour une conne. Littéralement. Et ça, autant vous dire que ça n’est pas passé du tout… Continuer la lecture de « Quand ma boss me cherche… elle me trouve »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint

Pollution nocturne

lit

En ce moment, je vends pas mal de trucs sur Leboncoin : j’avoue que je trouve le site assez pratique pour vider les merdes qui s’accumulent dans mon appartement tout en renflouant un peu ma tirelire-cochon. J’ai donc toujours une cinquantaine d’annonces en ligne pour vendre des fringues, des bouquins et des tas de trucs dont je ne sais que faire. En général je suis plutôt organisée : on ne me contacte que par email (sur mon adresse poubelle évidemment), ce qui me permet de faire un premier tri, et seulement dans un second temps, je file un numéro de téléphone (qui n’est évidemment pas mon numéro principal mais celui que j’utilise pour les livraisons et les trucs comme ça. Paranoïaque, moi ? Si peu…). Continuer la lecture de « Pollution nocturne »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint

Les filles Instagram

bandeau_instagram

Je ne vais pas tourner autour du pot : depuis que j’ai découvert Instagram, il y a quelques mois, je suis devenue totalement addicte. Pour ceux qui ne connaîtraient pas (Maman, je t’invite à lire attentivement ce qui va suivre), il s’agit d’un réseau social permettant de partager des images (photos et vidéos). Ensuite, chacun est libre de « suivre » les gens qui l’intéresse (des proches mais aussi des acteurs, des chanteurs, des personnalités du monde de l’art, des passionnés de perroquets… Il y en a vraiment pour tous les goûts). Le gros avantage par rapport à Facebook restant qu’il n’y a pas de réciprocité entre deux personnes : si quelqu’un décide de vous suivre, vous ne verrez pas ce qu’il publie de son côté, à moins de décider de le suivre, contrairement à Facebook, où vous vous retrouvez un peu « obligé » de vous coltiner les « actualités » de la vie de vos friends, des photos de leurs gosses à chaque étape de leur existence (vie in utero comprise…) à leur humeur du jour en passant par leurs coups de gueule politiques ou leurs « exploits » sportifs sur des applis de course.

Continuer la lecture de « Les filles Instagram »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint

Under my umbrella (Ella ella eh eh)*

parapluieL’automne est arrivé, amenant avec lui sa dose de grisaille, de pluie et de mauvais temps. Une vraie galère pour celles qui, comme moi, ont les cheveux frisés et redoutent l’humidité (il faut dire qu’il me faut pas moins de 4 heures pour dompter ma redoutable tignasse à grands coups de fer à lisser, et que la moindre trace d’eau me transforme instantanément en caniche…). Bref, je ne sors jamais sans mon parapluie.

Continuer la lecture de « Under my umbrella (Ella ella eh eh)* »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint

Heure de colle

ane

J’ai toujours détesté le dimanche soir. Sûrement parce que cette soirée marquait la fin du week-end et la reprise des obligations scolaires ou professionnelles… Et même l’incontournable « film du dimanche soir » de TF1 ne m’aidait pas à passer un bon moment. Aujourd’hui, je n’aime pas le dimanche soir pour une raison supplémentaire : c’est le moment que choisit généralement Amonbeaufils pour nous annoncer une mauvaise nouvelle (sans doute pense-t-il que la pilule sera plus facile à avaler… Ou peut-être croit-il qu’il évitera ainsi de se faire priver de sortie le week-end : j’avoue que là, il n’a pas tort…) Et la mauvaise nouvelle, en général, c’est qu’il a eu une heure de colle…   Continuer la lecture de « Heure de colle »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint

Rencontres du 3ème type

bandeau_chien_sol

Pas la peine de nier l’évidence : l’arrivée d’un chiot, ça bouscule pas mal de choses. Vivre avec un chien sonne notamment le glas des week-ends en pyjama à regarder des bouses à la télévision : bah oui, maintenant, il faut sortir le chien. Bon, pour l’instant, disons que les sorties de Sacapuce sont surtout là pour l’habituer pour plus tard, puisque notre adorable toutou croit dur comme fer qu’il doit faire ses besoins à la maison. Je le promène donc pendant des heures, avec l’espoir un peu fou qu’il fera sa petite (et sa grosse) affaire, tout ça pour qu’il se précipite dans la cuisine dès son retour pour lâcher sa flaque… La bonne nouvelle, c’est que je sais que Sacapuce a une excellente autonomie, puisqu’il peut se retenir pas moins de 6 heures alors qu’il n’a que deux mois (toujours voir le bon côté des choses, sinon on ne s’en sort pas). Bref. Continuer la lecture de « Rencontres du 3ème type »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint

Ne jamais dire « Fontaine… »

bandeau_charlie

« Moi, reprendre un chien ? Jamais ! C’est beaucoup trop douloureux quand il disparaît… Je ne suis pas sûre de vouloir revivre ça à nouveau ». Voilà ce que je répondais quand on me demandait si j’envisageais d’adopter un nouveau chien après la disparition de Choupette, mon adorable toutou avec lequel j’avais partagé 11 ans de ma vie. Et je pensais sincèrement ce que je disais… Et puis le temps a passé. Continuer la lecture de « Ne jamais dire « Fontaine… » »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint

Euh, il y a méprise…

lost_car

Cielmonmari et moi, on est les heureux propriétaires d’une voiture répondant au doux nom de Gégé. J’ai toujours adoré donner des petits noms aux voitures : avec ma  copine Cha, on parle encore souvent de Kif, sa première voiture, dans laquelle nous avons vécu tant de souvenirs mémorables mais pas toujours glorieux (d’un commun accord, nous nous sommes promis que nos futurs enfants ne sauraient jamais où Kif nous a emmenées, histoire de ne pas perdre notre crédibilité de parents…). Le jour où Kif est morte, j’ai été drôlement triste (même si j’ai été super rassurée que Cha soit sortie indemne de l’accident qui avait causé la perte de sa voiture…). Gégé, elle n’est pas super belle : on est loin de la voiture de nouveau riche qu’on exhibe fièrement dans les rues, comme un trophée ou un aspirateur à gonzesses. Je les appelle les voitures de « petites kékétte », la taille du véhicule étant sûrement inversement proportionnelle à celle du pénis du conducteur (une théorie que j’ai eu le malheur d’expliquer devant Amonbeaufils, désormais persuadé que son beau-père, propriétaire d’une très grosse cylindrée, a été particulièrement mal doté par Dame Nature…). Continuer la lecture de « Euh, il y a méprise… »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint

Je suis la reine de la route…

conduiteJe conduis comme un manche. Ce n’est pas faute d’avoir pris des cours pourtant : j’ai à mon actif pas moins de 80 heures de leçons de conduite… Mon professeur d’auto-école devait certainement se frotter les mains à chaque fois que je ratais mon permis : il s’assurait ainsi un revenu conséquent, puisqu’en attendant qu’une nouvelle date d’examen me soit accordée, il pouvait se passer plusieurs semaines (je rappelle qu’à Paris, à la fin des années 90, c’était compliqué d’avoir une date de permis… Entre ça et les moniteurs d’auto-écoles qui faisaient grève, autant dire que la génération Y a galéré pour avoir le droit de conduire). Continuer la lecture de « Je suis la reine de la route… »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint

4 livres à lire pour devenir une killeuse professionnelle

Bandeau_workinggirl

Quand j’ai commencé à travailler, il y a maintenant une dizaine d’années, j’ai découvert (parfois à mes dépens) la difficulté d’être une femme dans un monde professionnel essentiellement régi par les hommes. Bien sûr, j’ai cherché à rencontrer un « mentor », comme le conseillaient la plupart des articles que je consultais sur la problématique de la carrière des femmes. Malheureusement, mes différentes expériences ne m’ont pas permis de rencontrer celui ou celle qui saurait me donner des conseils, me faire bénéficier de son expériences et m’inspirer. Tant pis. Je n’ai jamais eu besoin des autres pour atteindre mes objectifs : j’ai décidé de devenir mon propre mentor et d’apprendre sur le tas pour devenir une killeuse professionnelle. Et pour m’aider dans mes réflexions, j’ai dévoré des dizaines de livres. Pas la peine de tous vous les farcir (Dieu sait si certains sont mauvais et totalement inutiles) : s’il ne fallait en retenir que quatre (en plus du mien, évidemment, si vous voulez vous changer les idées 😛 ) les voici… Continuer la lecture de « 4 livres à lire pour devenir une killeuse professionnelle »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint