Ne jamais dire « Fontaine… »

bandeau_charlie

« Moi, reprendre un chien ? Jamais ! C’est beaucoup trop douloureux quand il disparaît… Je ne suis pas sûre de vouloir revivre ça à nouveau ». Voilà ce que je répondais quand on me demandait si j’envisageais d’adopter un nouveau chien après la disparition de Choupette, mon adorable toutou avec lequel j’avais partagé 11 ans de ma vie. Et je pensais sincèrement ce que je disais… Et puis le temps a passé. Continuer la lecture de « Ne jamais dire « Fontaine… » »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint

Euh, il y a méprise…

lost_car

Cielmonmari et moi, on est les heureux propriétaires d’une voiture répondant au doux nom de Gégé. J’ai toujours adoré donner des petits noms aux voitures : avec ma  copine Cha, on parle encore souvent de Kif, sa première voiture, dans laquelle nous avons vécu tant de souvenirs mémorables mais pas toujours glorieux (d’un commun accord, nous nous sommes promis que nos futurs enfants ne sauraient jamais où Kif nous a emmenées, histoire de ne pas perdre notre crédibilité de parents…). Le jour où Kif est morte, j’ai été drôlement triste (même si j’ai été super rassurée que Cha soit sortie indemne de l’accident qui avait causé la perte de sa voiture…). Gégé, elle n’est pas super belle : on est loin de la voiture de nouveau riche qu’on exhibe fièrement dans les rues, comme un trophée ou un aspirateur à gonzesses. Je les appelle les voitures de « petites kékétte », la taille du véhicule étant sûrement inversement proportionnelle à celle du pénis du conducteur (une théorie que j’ai eu le malheur d’expliquer devant Amonbeaufils, désormais persuadé que son beau-père, propriétaire d’une très grosse cylindrée, a été particulièrement mal doté par Dame Nature…). Continuer la lecture de « Euh, il y a méprise… »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint

Je suis la reine de la route…

conduiteJe conduis comme un manche. Ce n’est pas faute d’avoir pris des cours pourtant : j’ai à mon actif pas moins de 80 heures de leçons de conduite… Mon professeur d’auto-école devait certainement se frotter les mains à chaque fois que je ratais mon permis : il s’assurait ainsi un revenu conséquent, puisqu’en attendant qu’une nouvelle date d’examen me soit accordée, il pouvait se passer plusieurs semaines (je rappelle qu’à Paris, à la fin des années 90, c’était compliqué d’avoir une date de permis… Entre ça et les moniteurs d’auto-écoles qui faisaient grève, autant dire que la génération Y a galéré pour avoir le droit de conduire). Continuer la lecture de « Je suis la reine de la route… »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint

4 livres à lire pour devenir une killeuse professionnelle

Bandeau_workinggirl

Quand j’ai commencé à travailler, il y a maintenant une dizaine d’années, j’ai découvert (parfois à mes dépens) la difficulté d’être une femme dans un monde professionnel essentiellement régi par les hommes. Bien sûr, j’ai cherché à rencontrer un « mentor », comme le conseillaient la plupart des articles que je consultais sur la problématique de la carrière des femmes. Malheureusement, mes différentes expériences ne m’ont pas permis de rencontrer celui ou celle qui saurait me donner des conseils, me faire bénéficier de son expériences et m’inspirer. Tant pis. Je n’ai jamais eu besoin des autres pour atteindre mes objectifs : j’ai décidé de devenir mon propre mentor et d’apprendre sur le tas pour devenir une killeuse professionnelle. Et pour m’aider dans mes réflexions, j’ai dévoré des dizaines de livres. Pas la peine de tous vous les farcir (Dieu sait si certains sont mauvais et totalement inutiles) : s’il ne fallait en retenir que quatre (en plus du mien, évidemment, si vous voulez vous changer les idées 😛 ) les voici… Continuer la lecture de « 4 livres à lire pour devenir une killeuse professionnelle »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint

Birthday boy #3

Anniversaire

J’ai toujours attendu le mois de juin avec impatience. Parce qu’il était synonyme de beaux jours, de Fête de la Musique, de l’approche des vacances… Mais ça c’était avant. Dorénavant, le mois de juin est marqué par un événement très important : l’anniversaire d’Amonbeaufils. Autant dire que dès le mois de mai, on commence à avoir la pression quand Amonbeaufils nous demande ce que nous allons faire cette année pour son birthday. Il faut dire que l’année dernière, on avait mis la barre très haut (pour rappel, ça se passe ici). Pour être tout à faire honnête, j’espérais secrètement que cette année, les festivités se dérouleraient chez sa maman (égoïste moi ? Non…) Ce n’est pas que je n’ai pas envie de lui organiser une belle fête, mais sincèrement, un an après je trouve encore des traces de la boum dans l’appartement alors si on pouvait y échapper une année sur deux, ça m’arrangerait. Comme je suis naïve… Continuer la lecture de « Birthday boy #3 »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint

Bom dia Lisboa !

Lisbonne

Quand j’étais petite fille, comme la plupart des enfants dont les parents travaillent, j’avais une nounou. Elle venait d’arriver du Portugal et ne parlait pas bien le français. Pas de problème : à 5 ans, à force de passer mes journées avec Dida, je parlais couramment portugais (si vous vous posez la question laissez-moi vous répondre tout de suite : non, je ne le parle plus). De cette époque, j’ai gardé un grand intérêt pour le Portugal : une passion pour le Fado, un goût prononcé pour le Porto et une forte attirance pour la cuisine portugaise. Autant dire que j’attendais mes premières vacances à Lisboa avec beaucoup d’impatience !  

Continuer la lecture de « Bom dia Lisboa ! »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint

Avoir 35 ans…

Diapositive1Il y a quelques jours, j’ai « fêté » mes 35 ans. Et comme tous les ans, le 2 août a été pour moi une journée un peu particulière : depuis quelques années, ce n’est un secret pour personne, j’ai du mal à admettre que je ne rajeunis pas (bien au contraire). A peine ai-je réussi à digérer le passage à la trentaine (j’ai quand même réussi l’exploit de souffler mes 30 bougies 5 années de suite. Véridique !) que déjà je dois me faire à l’idée d’avoir 35 ans… et me dire que je suis désormais plus proche des 40 ans que des 35. La pilule a un peu de mal à passer. Continuer la lecture de « Avoir 35 ans… »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint

#J’aiEcritUnLivre

#J'aiEcritUnLivre

Lorsque j’étais petite fille, alors que la plupart de mes copines d’école se fantasmaient chanteuses, moi je voulais écrire. Pas être publiée : juste écrire. J’ai commencé très tôt : dès le jour de la rentrée en CP, j’ai bien fait savoir à ma maîtresse que « je n’étais pas là pour faire du collage mais pour apprendre à lire et à écrire ». Une tirade dont je n’ai plus aucun souvenir (mais qui a apparemment traumatisée ma maîtresse comme elle l’a indiqué à ma mère quelques années après) si ce n’est de m’être fait punir et d’avoir beaucoup pleuré dans la classe d’une autre maîtresse, dans laquelle j’avait été mise au coin sous le regard désapprobateur de mes camarades de classe. Continuer la lecture de « #J’aiEcritUnLivre »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint

Big Big News

#BigBigNews

J’aime beaucoup le 1er avril : j’avoue que la grande amatrice de blagues que je suis se réjouit chaque année de pouvoir s’amuser un peu aux dépends des autres. Ce que bien sûr mon entourage apprécie beaucoup moins : une de mes anciennes collègues a failli jeter de rage son ordinateur par la fenêtre en pensant à un énième bug, alors que j’avais tout simplement interverti quelques touches sur son clavier. Franchement, j’en rigole encore. Mes amis savent bien que je suis farceuse et s’attendent donc tous les ans à mes poissons d’avril (ce qui me demande donc de plus en plus d’imagination et de subtilité pour réussir à les piéger). Certains osent également essayer de me rendre la pareille, mais j’use de toute mon habileté pour déjouer leurs tentatives… Mais cette année, le 1er avril m’a réservé une drôle de surprise. Continuer la lecture de « Big Big News »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint

Happy New Year

#HappyNewYear

J’aime bien le 1er janvier (et pas seulement parce qu’il est férié et que je peux rester bien au chaud sous ma couette au lieu d’aller au turbin). Le 1er jour de l’année, c’est une journée où tous les espoirs sont permis. On efface l’ardoise et on recommence. Page blanche : la nouvelle année reste à écrire et tout est possible. J’aime bien l’idée du chapitre qui se termine pour laisser place à un nouveau. Le livre 2015 n’aura pas été des plus légers et je pense que tout le monde a envie de passer à autre chose. Continuer la lecture de « Happy New Year »

FacebookTwitterGoogle+PinterestEmailPrint