Le barbecue

Pour moi qui suis une grosse mangeuse de viande, mon séjour ici est un peu difficile car les steaks sont tellement cuits qu’ils ressemblent à de la semelle de botte… Heureusement, nous avons organisé un petit barbecue, qui a vite pris des airs de fête de la saucisse… Il faut dire qu’on s’est retrouvé à plus de 40 sur la terrasse. Nous avions prévu largement puisqu’il y avait plus de 10 kilos de viande (tout est parti…). Il faut d’ailleurs avoir une petite pensée pour les pauvres malheureux qui sont allés faire les courses (et dont je faisais partie). J’avoue que je n’ai touché ni aux frites ni aux chips et que je me suis jetée voracement sur la viande rouge, bien saignante comme je l’aime… J’ai enfin pu combler ma carence en protéines !!! Ensuite, grâce à Pied cas, nous avons pu écouter du disco, ce qui change un peu de 50 Cents et nous déhancher sur le dance floor (ou plutôt sur la table, qui nous a servi de podium). Nous avons ensuite fait une petite partie de flip cup, jeu très bête dont je viens d’apprendre les règles (ce n’est pas sans une petite pointe de fierté que je peux dire que mon équipe a gagné, car le flip cup commence à prendre une importance croissante ici : nous devrions d’ailleurs bientôt organiser un championnat). Ensuite, discussion jusqu’à pas d’heure sur la terrasse, pour refaire le monde… Je me suis finalement couchée à 5h30, épuisée mais ravie de ma soirée.

4 pensées sur “Le barbecue”

  1. Il faut être inconscient pour avoir un régime carné. 

    La viande et le poisson sont carencés en certains acides aminés essentiels comme le tryptophane et la tyrosine. La consommation excessive de protéines animales provoque: fuite de calcium,
    ostéoporose, déchaussement des dents et calculs rénaux. Norme FAO: 0,5 g/kg/j (70 kg=35 g) pour le minimum (0,8 g/kg/j optimum). L’excès de fer dans le sang est plus dangereux que l’inverse:
    la ferritine dans le sang est la 2e cause d’attaques cardiaques après le tabac. Le maquereau contient 95 mg/100 g de cholestérol et le boeuf 70 mg/100 g.

    Les végétariens ont 24 % de moins de maladies cardio-vasculaires (et les végétaliens – 57 %) par rapport à la population dite « normale ». Leur longévité est statitisquement très
    supérieure.

    En dehors de cette évidence triviale, je n’ai jamais compris comment on pouvait avoir l’arrogance de se situer à une extrêmité de la chaîne du vivant et dévorer tout le reste du vivant. Je
    crois que cela procède la plsu grande arrogance.
    Cela dit bonnes vacances quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *