Sommet franco-québécois

page_oasisEnglishPub_main.jpgSamedi soir, Londres, un pub de Notting Hill comme il y en a des centaines dans la capitale britannique : du bois partout sur le sol, les murs, le bar, les meubles, des Anglais dans tous les coins qui descendent des litres de bière à la mousse épaisse et compacte, la cloche qui sonne le dernier verre (le « last call », dernière chance d’être servi avant la fermeture), des portes si basses qu’il faut se baisser pour passer d’une pièce à l’autre, de grosses bougies posées sur chaque table ou enfoncées dans le goulot d’une vieille bouteille de vin, et cette ambiance aussi indescriptible des pubs, mélange de rires gras, de Leffe, de parler fort, de tapes dans le dos, de gens debout, de gens assis, de gens qui tanguent, un peu assis mais un peu debout aussi… Il y a même la flaque de vomi à l’extérieur, sur le côté du pub, devant la sortie de secours. Welcome to London.

waloogdebois.jpgJ’accompagne Lulu au leaving drink d’un couple d’amis. Le leaving drink est un concept intéressant : quitter un job / la ville / un appartement / quoi que ce soit d’autre,  est toujours l’occasion de faire la fête. Généralement, celui qui quitte Londres enchaînera ses leaving drinks, leaving dinners et leaving parties pendant 15 jours avant la date du départ : quitter Londres, c’est épuisant. Et je ne parle pas de faire les cartons ni du déménagement.

images-copie-50.jpgL’avantage du pub, c’est que même quand on ne connaît pas les gens, tout le monde se parle. Nous voici attablées avec un couple d’anglais et un belge que j’avais croisé il y a déjà quelques années. Nous lançons les banalités d’usage (Quoi de neuf depuis 2 ans ? Toujours dans  la même boite ? blablabla…). Je sirote tranquillement mon Winter Pimm’s (LA grosse découverte du week-end, je dois bien le reconnaître. Tout le monde trouve ça écœurant, trop sucré, pas assez alcoolisé, insipide : donc, j’adore. Et ça s’est d’ailleurs bien remarqué !) en papotant tranquillement, quand un petit mec s’installe à notre table. Visiblement pas anglais, car nous échangeons quelques mots en français : mais quand il me demande d’où je viens, pour une raison que je ne m’explique toujours pas (non, en fait, j’avais envie de rigoler un peu. Et puis n’oublions pas les effets du Winter Pimm’s : j’étais d’humeur blagueuse), j’ai pris mon plus bel accent québécois pour lui dire que je venais de Montréal.

– « Trop drôle ! Moi aussi ! »

Et merde.

images-copie-51.jpgDeux solutions : soit je continue et je m’enfonce dans mon mensonge, soit j’arrête là ma blague super drôle. Je sais que mon humour est souvent nul parfois décalé, mais là, j’avais vraiment envie de jouer un peu. J’ai continué. En plus, j’avais eu la bonne idée de mettre ma chemise de bûcheron (achetée le matin même chez Primark. Je savais qu’avec elle, j’allais vivre des moments inoubliables. Elle ne m’a pas déçue) : quoi de mieux pour entrer dans la peau du personnage ?

images-copie-52.jpgBobby – notre ami du Québec – commence à me poser des questions un peu plus précises sur l’endroit où je vis. Pas de problème, je lui réponds que je vis rue Blanche, à Montréal (il y a toujours une rue Blanche dans les grandes villes). Il m’apprend qu’il vient de Trois Rivières. Je souris bêtement (genre « bien sûr, je vois très bien  où c’est ») et me demande comment je vais me sortir de ce pétrin. Parce que faire l’accent québécois cinq minutes, c’est rigolo, mais de là à imiter Céline Dion toute la soirée, c’est une autre paire de manches…

quebecoisdepoche.jpgLulu et le Belge, tout à fait au courant que je ne suis pas plus québécoise que Miss France n’est intelligente, sont pliés de rire, et j’ai peine à garder mon sérieux car la moindre de mes remarques avec mon accent canadien déclenche une hilarité communicative. Vitre, trouver quelque chose avant que Bobby ne se rende compte de la supercherie…

images-copie-56.jpgC’est toujours dans ces moments que vous revient le petit détail qui fait toute la différence : je me couche généralement très tard, et la nuit, France Info rediffuse le journal de Radio Canada dont je me régale. Je pense avoir fait mouche en parlant de John Harper et de son positionnement sur l’environnement.  Oui, Bobby, je connais le nom des ministes québécois : ça t’en bouche un coin, tabernacle !!!

Mais toutes les meilleures choses ayant une fin, j’ai fini par avouer que je n’étais pas québécoise : je n’ai pas pu renier ma grande classe mes origines parisiennes bien longtemps. Ce serait comme laisser un poisson la tête hors de l’eau trop longtemps.

Bobby rigole : « ben tu m’as ben eu. T’as voulu me niaiser ? »

images-copie-55Ok, je me sens un peu conne (mais super drôle quand même, j’avoue). Je ne comptais pas du tout me moquer de son pays, de son accent (dont je suis une fan inconditionnelle : l’accent québécois me fait rêver, c’est comme ça…) ni de sa culture.

La soirée continue tranquillement, toujours sur le Québec. Bobby, beau joueur, me complimente sur mon super accent (oui, je sais, j’ai pris Québécois 3ème langue au collège…). Tout va bien, je n’ai pas créé d’incident diplomatique entre nos deux peuples.

Et finalement, au détour d’une phrase, Bobby a perdu son super accent québécois pour m’annoncer,  mort de rire, que lui non plus n’est pas québécois, qu’il est parisien et a fait ses études là-bas et qu’il connaît super bien ce pays (mais que mon accent est vraiment super, pour de vrai. Oui, je sais, j’insiste lourdement).

Tout le monde s’était laissé piéger et a rigolé de bon cœur.

Moi aussi.

Le con, il s’est bien foutu de ma gueule, Bobby Robert

11 pensées sur “Sommet franco-québécois”

    1. Non, il ne s’appelait pas Robert. Je respecte son anonymat, comme avec tous ceux qui ont la chance, que dis-je l’immense honneur, d’être mentionnés dans mon blog !

      Et oui, mon accent québecois, il est super bon !!!!

  1. L’arroseur arrose! c’est enorme cette histoire… quelle est la probabilite que tu tombes sur un type qui est le meme sens de l’humour que toi? eh eh !

    1. Tu iras en parler à Lulu : j’ai eu un doute sur sa nationalité, et elle m’a assuré qu’il me disait la vérité !!!!!
      Elle aussi s’est fait avoir !!!!!

  2. 🙂 Amusante cette histoire !
    Ton accent doit être très bon… Mais n’aurait pas trompé un vrai québécois, j’en suis sûre ! Ou peut-être, mais le « John Harper », pas… Parce que le Premier Ministre du Canada, détesté de tous
    les québécois (ou presque) s’appelle Stephen. Et qu’il n’y a pas de rue Blanche à Montréal…
     

    1. Stephen !!!!! C’est le prénom que je cherchais !!!!!!!! (en même temps, quand on est comme ça, en stress, ca passe… ET puis les gens n’osent jamais avouer leur ignorance, alors même les grosses
      conneries font illusion !)

      Et oui, mon accent est super bon

  3. une fois j’étais chez la perfide Albion, dans un pub, et un anglais pur jus me demande : « oh by the way, are you english ? » Et moi, je lui retorque d’un air choqué : « no, I’m Irish »…. là non
    plus la plaisanterie n’a pas duré long feu, hi hi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *