On se cale une réunion pour en parler ?

images-copie-80.jpgLa France est atteinte d’un mal terrible. Non, non, ne partez pas : je ne vais pas vous parler de la crise économique, mais bien d’un phénomène très répandu et qui ne cesse de prendre de l’ampleur… La France est atteinte de réunionite aiguë. N’importe lequel d’entre vous qui a passé ne serait-ce que quelques jours en entreprise a déjà pu constater qu’en France, on adore organiser des réunions. Désormais, impossible de passer une journée tranquillement installé à son bureau sans être interrompu par des « Mado, il est 16h, on a notre réunion sur le dossier Client-chiant qui va commencer ». Damned, j’avais zappé.

 

images-copie-81.jpgEt pourtant, le système des réunions est très bien organisé : grâce à l’agenda partagé, tous vos collègues peuvent, en un clin d’oeil et deux clics, savoir si vous êtes libre mardi à 12h30 et booker du temps dans votre planning pour caler une réunion. Chaque matin, en arrivant au boulot, vous recevez des « invitations » virtuelles pour des tas de réunions aussi chiantes qu’inutiles, mais auxquelles vous vous devez de participer, même si vous savez pertinemment que vous n’aurez aucune valeur ajoutée et que finalement vous ne ferez que brasser du vent pendant 1h au lieu d’avancer sur votre dossier urgent. Et vos collègues ne manqueront pas de vous rappeler que « dis donc, tu n’as pas répondu à mon invitation : t’es dispo pour une réunion à midi, hein ? ». « Bah, c’est à dire que j’ai un truc prévu pour le déjeuner ». Réponse du collègue : « mais non, j’ai vérifié, tu n’as rien de noté dans ton agenda ». D’un autre côté, avez-vous vraiment envie d’indiquer dans votre agenda partagé que vous avez rendez-vous à l’heure du déjeuner chez Viviane, l’esthéticienne, pour une épilation du maillot ?

 

images-copie-82.jpgEt les réunions, ça se passe toujours de la même manière. D’abord, il y a le problème de la salle. Surtout dans les grosses boîtes. Vous avez bien entendu demandé à votre stagiaire de vous réserver une salle sur le serveur Internet de booking on-line. Trois possibilités : soit il n’y a pas de problème et tout roule (mais franchement, c’est rare), soit votre stagiaire a merdé avec le serveur (« ah, mince, j’ai réservé la salle pour le 4 avril 2013… »), soit vous vous retrouvez confronté à la délicate situation de la réunion d’avant qui s’éternise. Et c’est ce qui se passe le plus souvent : vous ouvrez la porte de la salle, et là, vous vous retrouvez en plein milieu d’une réunion, avec 10 personnes qui vous regardent. Alors vous bafouillez un « euh, j’ai réservé la salle pour 16h… » auquel on vous répondra « ok, bien sûr, on a presque fini ». Vingt minutes plus tard, vous pourrez enfin vous installer.

 

images-copie-83.jpgLe temps de brancher l’ordinateur au vidéo-projecteur (bah oui, qui dit réunion dit présentation Powerpoint, rappelez-vous), de passer deux ou trois coups de fil pour appeler les retardataires qui sont encore à leur bureau, d’attendre qu’ils arrivent, et la réunion peut commencer. Avec 30 minutes de retard. Allez, zou, on attaque. Et là, on doit gérer tout un panel des différents comportements en réunion.

 

Il y a bien sûr celui qui a organisé la réunion et qui l’anime : il a l’air de trouver ce qu’il raconte particulièrement intéressant et s’écoute parler. A côté de lui, la personne chargée de prendre des notes pour faire le compte-rendu de la réunion (généralement, c’est une stagiaire). La plupart des autres images-copie-84.jpgparticipants ne montrent que peu d’intérêt au sujet débattu : entre celui qui tape des SMS, l’autre qui tchate sur bbm, celle qui est carrément en train de travailler sur un autre dossier avec son ordinateur, on n’entend qu’une chose, le bruit des doigts et des touches. Très agréable. Sans parler du manque de concentration évident : personne n’écoute vraiment et les questions posées sont la plupart du temps complètement à côté de la plaque (ou concernent un point auquel il a déjà été répondu 15 minutes plus tôt – bah oui, il faut écouter). Et puis il y a bien sûr quelques phénomènes : Bernard, le gros dégueulasse qui passe son temps à se curer le nez et à envoyer valser un peu partout des boulettes de crottes de nez (véridique), Mado la maladroite qui renverse à chaque fois son café sur ses dossiers (au bout de 3 ou 4 accidents, elle a enfin eu l’idée de s’acheter un mug avec un couvercle), Natacha qui passe son temps à glousser et à papoter avec son voisin de table comme une gamine de 13 ans, Loic qui n’arrête pas de secouer sa jambe nerveusement, Denis qui pique du nez et va visiblement s’endormir si personne ne le secoue un peu, Mélanie qui coupe la parole à tout le monde…

 

images-copie-85.jpgLa réunion s’éternise, on s’égare, on part dans tous les sens. Après 1h30 de blablas inutiles, quelqu’un viendra (heureusement) frapper à la porte : « euh, désolée, j’ai booké cette salle pour 18h, j’ai un call avec les US ». « Oui oui, on a presque fini ». Chacun sort de la pièce : finalement, rien n’a été vraiment décidé. Sauf la date de la prochaine réunion, pour faire le point sur ce qu’on vient de se dire…

 

humour.jpg

8 pensées sur “On se cale une réunion pour en parler ?”

  1. « D’un autre côté, avez-vous vraiment envie d’indiquer dans votre agenda
    partagé que vous avez rendez-vous à l’heure du déjeuner chez Viviane, l’esthéticienne, pour une épilation du maillot ? »

  2. l’un des rares avantages de ma position tout en bas de l’échelle : je n’ai jamais de réunion, j’avance donc tranquillement dans mes dossiers! 😉

    et j’allais aussi te conseiller la privatisation de tes RV… bcp plus simple !

  3. ATTENTION La réunionite aiguë comme l’@mailite est une maladie qui ne facilite pas le transit intestinal : en cas de rechute et de symptômes aigus, consulter son défenseur syndical, son avocat ou
    saisir l’Inspection du Travail. / Une autre explication peut s’imposer aussi dans ces crises de réunions : l’envie d’être ensemble car, c’est bien connu, les boss ont une vie de M. et ils ont
    besoin de s’occuper. Alors ils pensent à nous ! AHhh quelle joie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *