Berlin, Day 1 (et du zizi à la fin)

DSC01587.JPGAllez hop, comme promis, direction Berlin. Une arrivée surréaliste, très silencieuse, dans un aéroport tout blanc, recouvert d’une épaisse couche de neige. A ce moment précis, je me réjouis d’avoir eu la présence d’esprit de prendre mes Moon Boots (oui, ça prend beaucoup de place dans la valise, mais j’ai rentabilisé le voyage puisque je ne les ai pas quittées du séjour. J’ai d’ailleurs été très surprise de voir que tout le monde les regardait avec beaucoup d’étonnement. J’ai compris pourquoi lorsque j’ai réalisé que, visiblement, la Moon Boot était l’apanage des prostituées qui font le trottoir dans les quartiers branchés). Le temps de récupérer les bagages (31 secondes, montre en main : on sent que l’organisation allemande a fait ses preuves) et nous voilà dans le métro direction l’hôtel. Premières impressions ? « C’est vrai que Berlin, c’est très différent de l’Italie ». Voilà voilà, Mado et sa grande culture architecturale…

En réalité, Berlin est une ville minérale, granitique. On est tout de suite saisi par ces gros blocs de pierres, ces immeubles carrés posés lourdement sur le sol. Tout est cubique, géométrique, strict : une drôle de sensation encore renforcée par la présence de la DSC01505.jpgneige qui efface toutes les couleurs. Heureusement, l’hôtel va nous apporter sa touche d’originalité : dans le lobby, un aquarium cylindrique de 25 mètres de haut, complètement surréaliste, avec des poissons tropicaux qui tournent, tournent, et retournent. Allez, on pose les bagages dans la chambre, je m’endors une heure (il faut dire que la nuit de 3 heures commence à être difficile à supporter) et nous voilà, à midi pile, confortablement installés devant un jarret de porc et des saucisses accompagnées de choucroute. Chéri-qui-est-plus-courageux-que-moi a carrément attaqué avec une bière suivie d’un verre de schnaps : inutile de préciser qu’après ça, on n’a pas eu froid. La saucisse, ça tient au corps, c’est sûr.  

DSC01510.jpgBon, je vous épargne le détail de ce qu’on a visité (on a fait les classiques, quoi !). En revanche, j’ai quand même réussi, alors que je marchais tranquillement dans la rue, à me prendre une énorme boule de neige balancée lâchement par un adolescent prépubère en voyage scolaire avec sa classe. En plus, il m’a eue par derrière, cet enfoiré. Bien évidemment, il s’agissait d’un groupe de français (on dira ce qu’on veut, mais les touristes français sont grossiers, bruyants et particulièrement irrespectueux). Bien évidemment, le lâche n’a pas eu le courage de se faire connaître. Bien évidemment je suis allée voir son prof pour lui dire de surveiller son groupe. Bien évidemment, ils ont du me prendre pour une sale conne rabat-joie. Bien évidemment, je m’en fous.

images-copie-1.jpgBref, nos pas nous mènent à la Neue Nationalgalerie où Chéri-qui-est-super-calé-en-art (ce qui n’est absolument pas mon cas, mais j’écoute et je fais genre je m’y connais quand on me parle d’un artiste dont ne j’ai jamais entendu le nom…) veut absolument voir des oeuvres allemandes du début du 20ème siècle (j’vous ai dit, il est pointu : je le suis sans rechigner, d’une part parce que j’aime bien découvrir de nouvelles choses – quoi que je garde un souvenir assez modéré des 45 minutes passées avec mon père dans la salle des poulies du Musée des Arts et Métiers – mais surtout parce que, il ne le sait pas encore, je vais le traîner dans tous les marchés de Noël de Berlin !) : manque de pot, pour une raison totalement inexpliquée, la moitié de la collection avait été transportée temporairement dans un autre musée (mais on n’a jamais réussi à savoir où) pour être remplacée par une seule oeuvre (prêtée par un autre musée), un horrible buste de Néfertiti exposé en plein milieu d’une immense salle de 2500 mètres carrés. Voilà voilà. Et bien sûr, si le nombre d’oeuvres a été divisé par deux, le prix de l’entrée, lui, reste entier ! Bref, une belle arnaque. Et je ne parle même pas de l’organisation : les textes étaient écrits tellement petits que j’ai fait sonner l’alarme en me rapprochant d’une oeuvre pour voir ce qui était écrit sur le petit panneau explicatif.

index-copie-1.jpgAlors, pour nous remettre de nos émotions, nous avons décidé de profiter du spa de l’hôtel. Nous nous mettons en maillot de bain et entrons dans une grande salle avec des douches et des transats, qui permet d’accéder à la piscine, aux saunas et au hammam. Le premier sauna est plein : nous décidons donc d’opter pour un hammam (énorme problème quand on connaît la nature de mes cheveux : la moindre goutte d’humidité et je ressemble à un caniche… Toutefois, je dois reconnaître que la technique de la serviette bien serrée sur la tête est très efficace, puisque mon brushing est resté intact). Alors que nous sommes tranquillement en train de transpirer dans le hammam (très petit, puisqu’il ressemble à une grande cabine de douche où l’on pourrait s’asseoir à six ou sept), un homme, entre, ôte sa serviette et s’assied en face de moi, la bite à l’air dans le plus simple appareil.

images-copie-2.jpgUn moment surréaliste, où je me suis retrouvée assise face à cet homme tout nu, qui a commencé à nous taper la discute et à nous expliquer que les autres clients de l’hôtel installés dans le sauna voisin avaient été très choqués car nous ne respections pas les règles du sauna. Visiblement, dans cet hôtel, le port du maillot de bain était strictement interdit… Une information assez surprenante dont je n’avais pas la moindre idée, n’ayant pas lu les règles affichées sur la porte (franchement, qui a besoin de lire le mode d’emploi pour se prélasser dans un spa !). Je lui ai donc répondu que nous étions Français, et que chez nous, on gardait son maillot de bain, surtout lorsque le sauna est mixte. Il a ensuite commencé à nous parler de sa vie aux Etats-Unis, de son éducation index-copie-2.jpgpuritaine, de sa découverte du naturisme à Ibiza (« you know Ibiza ? David Guetta ? »). Certes, j’étais ravie de pratiquer un peu mon anglais, mais j’avoue que discuter dans un espace aussi petit avec un homme totalement nu à quelques centimètres de moi, c’était un peu difficile. Le tout étant de rester suffisamment longtemps pour ne pas avoir l’air mal à l’aise mais de quitter les lieux au plus vite pour sortir de ce pétrin. Quand la porte du hammam s’est ouverte et qu’un autre homme nu est entré, j’ai senti que c’était le bon moment…

Je savais que la saucisse était une spécialité allemande, mais j’étais loin de me douter que j’en verrais autant…

Petite note pour savoir ce que vous en pensez : il y avait une petite fille de 8 ou 9 ans dans le spa… Suis-je la seule à penser que la nudité frontale d’hommes et de femmes d’un certain âge peut être choquante pour une enfant ? Sans parler de la pédophilie, et tout ça (mais je ne veux pas plomber l’ambiance, hein) ?

 

19 pensées sur “Berlin, Day 1 (et du zizi à la fin)”

  1. Comment ça « moche le buste de Nefertiti » ???? Si c’est bien celui en photo, il est superbe ! Bien plus beau que le scribe assis du Louvre ! Ah ces jeunes qui n’y connaissent rien… (mode
    prétentieuse OFF)

    Et l’Allemand a compris le raisonnement français sur le maillot ?

    1. Ca doit être ca : je suis JEUNE (et c’est pour ca que je n’y connais rien en art égyptien…). Mais franchement, tout ce tralala pour une tête, ca fait beaucoup  : il y avait des affiches
      plein la ville pour inciter à aller voir cette expo, alors qu’il n’y a qu’une seule et unique pièce…

      Sinon, le nudiste a compris, mais parce qu’il est américain. Ce sont les russes qui n’ont pas pigé !

  2. Je sais qu’en Allemagne comme en Finlande (par expérience personnelle), tout le monde se met joyeusement à poil sans que ça choque personne dans les saunas, hammams … À poil et à poils,
    d’ailleurs.

    Pour la gamine, je pense que c’est une question d’habitude : si elle a toujours vécu ça, ça ne va pas la choquer. Sinon, effectivement ça peut être dérangeant. Niveau pédophilie par contre, ça me
    gênerait aussi, dans la mesure où tu ne sais pas sur qui tu tombes dans un sauna : la plupart des gens sont très respectueux, mais alors si tu tombes sur un guignol auquel il manque une case,
    v’là l’ambiance.

    1. Je peux comprendre que le naturisme soit une tradition allemande. Sauf que là, on était dans un hôtel très touristique, où il n’y avait qu’une faible proportion d’allemands… Et puis être nu
      dans un sauna, ca ne veut pas dire tout montrer : une petite serviette autour de la taille pour ces messieurs, et le problème serait reglé 🙂

    1. Bien sûr des Moon Boots !!!!!!!!! (crois moi, c’est certainement mon meilleur investissement ! Parce que quand il neige à Paris, tout le monde m’envie et me demande où je les ai trouvées !)

  3. Même Psy dans son sauna garde sa serviette (et ses lunettes noires). Franchement je doute qu’au Raphael ou au Ritz on laisse se balader des nudistes comme ça. Ach le charme Mitteleuropa des
    grosses bedaines pleines de bière ça a dû te faire rêver.

  4. le grand schtroumpf, qui est très vieux comme chacun sait, souhaite rappeler que le naturisme, compris comme retour à la nature, respect et hygiene du corps, sport, grand air, et tutti quanti, y
    compris l’honnêteté (ne rien dissimuler !) et la vertu en général, faisait partie d’une philosophie allemande datant du 19ème siècle, s’inspirant de Rousseau. Il s’agit bien d’un mouvement
    de réforme de la société dont le nudisme n’est qu’une composante. le 1er FKK (club naturiste) date de 1898 ! Bien sûr, ce mouvement, qui impliquait écologie, randonnées en montagne, etc.. a
    été repris et dévoyé par qui vous savez…

    Au fait, as-tu vérifié qu’il n’y avait pas un panneau avec écrit « textilfrei » ce qui aurait voulu dire que les habits sont interdits ! En général, c’est le cas dans les saunas : on s’assoit
    nu sur sa serviette, les maillots de bains sont pleins de microbes qui prolifèrent avec la vapeur (pour un allemand, il est évident que le corps ne saurait être que « gründlich » (à fond !) douché
    dans le quart d’heure qui précède !

    Quant à la petite fille : sais tu que pour les japonais, se moucher en public, c’est pire que tout ce que tu pourrais imaginer ne jamais faire en public ? c’est une question de culture.. Ceci
    dit, il y a de gros pervers partout, c’est sûr. mais quand ils sont tous nus, ils sont assez faciles à repérer en général – suivez mon regard !

    1. Je suis allée vérifier après coup : effectivement, c’était marqué… Mais manque de bol, je ne parle pas allemand !!!!!! (pour un hôtel de ce rang, la moindre des choses aurait été de nous le
      dire… C’est d’ailleurs à ca que devait servir la gourde qui distribuait les serviettes et s’occupait de l’accueil du spa, non ? Ah, le problème c’est qu’elle ne parlait pas anglais. Mince…)

  5. Alors heu le Buste en question bien que super controversé sur sa provenance est tout de même LE buste de Néfertiti… 

    Sinon j’adore lire tes aventures, une vraie bulle de rire… 

    Et une gamine de 8/9 ans dans un sauna ? pour quoi faire 😉 

     

  6. Je m’intéresse beaucoup et depuis tout petite à l’Egypte Antique.
    Et j’ai déjà une réplique en bois offerte par des amis pour mes 30 ans (de l’ébène je crois, faudra que je vérifie d’ailleurs.) 

  7. J’ai eu la même surprise en Autriche (autre pays de la saucisse) , en Belgique flamande (tout le monde tout nu dans un spa duquel je me suis sauvée sans demander mon
    reste) et en Angleterre (toutes à poil dans les douches).

    Bref, je ne supporte pas. Sa saucisse, on la garde dans l’emballage! Je suis très pudique et même si c’est une habitude culturelle, ça me dérange également pour les
    enfants. Sinon, rien de tel qu’une grosse Wurst du Marché de Noël!

    1. A poil dans les douches communes ???? Non merci : je suis comme toi, un peu de pudeur, que diable ! (quand on pense que je ne fait même pas de topless, me mettre nue devant n’mporte qui, ça ne
      risque pas d’arriver !)

  8. Bonjour!

    J’ai découvert aujourd’hui votre blog via la page Facebook de Pascal Roy et comme j’aime beaucoup votre plume, je me suis retrouvée à parcourir plusieurs pages jusqu’à cet article.

    J’ai grandi en Suisse et partage aujourd’hui ma vie avec un franco-suédois, du coup cette problèmatique de la nudité, je connais un peu.

    Pour des raisons (qui m’échappent un peu je dois l’avouer), il est en effet considéré dans certains pays qu’il n’est pas hygiénique d’aller au sauna en maillot (et qu’importe que le lieu soit
    touristique ou non, l’hygiène c’est l’hygiène!).

    Concernant la nudité et les problèmes de pédophilie je pense que c’est un raisonnement très français. Dans ces pays la nudité n’a pas la signification systématiquement sexuelle ou provocatrice
    que nous lui donnons. Ainsi, il n’est pour eux ni choquant, vi violent de voir la nudité d’autrui (aptrès ça dépend du cadre hein, c’est sur qu’un homme arrivant nu dans une école maternelle fera
    désordre) et il en va de même pour les enfants.

    N’oublions pas que dans certains pays, le port d’une jupe trop courte ou une chevelure exposée aux yeux de tous est purement et simplement un appel au viol.

    Tout est question de culture et de définition de la « normalité ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *