Recruteurs : des méthodes pas très nettes

index-copie-72.jpgIl y a quelques années, alors que je faisais mes premiers pas dans ma vie de working girl, j’ai participé à mon premier salon professionnel. L’un des événements du salon était un grand concours qui permettait de gagner une Smart. Pour participer, rien de plus simple : il suffisait de remplir un coupon avec son nom, son prénom, son âge, son sexe et son adresse email. Rien de plus, rien de moins. Il se trouve que l’organisateur du concours était très sympa et occupait le stand à côté du mien : nous avons forcément sympathisé (bah oui, je suis très sympathique, au cas où vous en douteriez encore !), et j’ai pu discuter longuement avec lui de son opération marketing. C’est ce jour-là que j’ai compris tous les enjeux du Marketing Direct. Naïvement, je pensais que ce concours était simplement organisé pour faire parler de la marque : à l’époque, je n’avais pas conscience du prix des données personnelles… En faisant un petit calcul rapide prenant en compte le coût d’achat de la voiture et le nombre de participants, j’ai vite réalisé qu’il était plus économique d’organiser une telle opération plutôt que d’acheter une base de données qualifiées. Un nouvel univers s’ouvrait à moi…

images-copie-45.jpgQuelques années plus tard, avec le développement des nouveaux moyens de communication, les données personnelles valent de plus en plus cher. Les entreprises font des pieds et des mains pour remplir leurs bases de données d’adresses « qualifiées ». Plus les données sont récentes et de bonne qualité, plus la base de données a de la valeur, CQFD. En effet, les noms et adresses de clients ou de prospects, c’est un outil puissant pour fidéliser et élargir sa clientèle. La base de données, c’est le trésor de l’entreprise. Pas étonnant d’ailleurs qu’un salarié qui quitte une entreprise se barre, s’il en a la possibilité (même si c’est strictement interdit par la loi), avec le fichier clients !

index-copie-73.jpgBref, vous l’aurez compris, la base de données, c’est important. Mais attention, on ne peut pas faire n’importe quoi : la CNIL impose des règles très strictes en matière de collecte, de conservation et d’utilisation des informations personnelles. Les données doivent notamment être collectées dans un but précis (et ne peuvent être utilisées pour autre chose) et ne peuvent être conservées que le temps de cette utilisation prédéterminée. Des règles que semblent pourtant totalement oublier les recruteurs…

images-copie-48.jpgComme vous le savez, I’m looking for a job. Inutile de préciser qu’une recherche d’emploi n’est jamais choses aisée, surtout quand le marché du travail est aussi tendu qu’en ce moment… Alors, comme les centaines de candidats qui répondent aux mêmes annonces que moi, quand je postule, j’envoie un joli CV qui récapitule toute ma vie : on y trouve bien sûr mon parcours professionnel, mes compétences dans différents secteurs, mes centres d’intérêts et des informations très personnelles telles que mon adresse, mon email, ma date de naissance et mon numéro de téléphone portable. Pour un professionnel du Marketing Direct, un CV constitue une véritable aubaine : une fiche détaillée, extrêmement qualifiée, qui vaut de l’or ! Et voilà pourquoi les cabinets de recrutement et certains recruteurs abusent de leur position et profitent des candidats de manière totalement illégale… Je vous explique le schmilblick.

index-copie-74.jpgLa semaine dernière, j’ai reçu un email de prospection de la part d’une entreprise qui fait de l’aménagement de bureaux. Normalement, l’email serait parti directement dans la corbeille, mais là, le nom de l’entreprise me dit quelque chose. Effectivement, en me replongeant dans l’historique de mes candidatures, je réalise que j’ai envoyé mon CV il y a un mois à cette boîte. Bien évidemment, personne n’a pris le temps de m’envoyer un email de confirmation de bonne réception de ma candidature, ni même de m’informer que je n’avais pas été retenue pour le poste (ce que j’ai fini par comprendre : en matière de recherche d’emploi, le silence vaut refus…). En revanche, il est évident que mon CV les intéressait suffisamment pour être intégré à leur base de données de prospection. D’un autre côté, ils n’ont pas tort : ils vendent de l’aménagement de bureau, alors leurs prospects doivent nécessairement être des professionnels. Ils doivent se dire que les candidats malheureux chez eux seront plus chanceux ailleurs, et que leur nouvelle entreprise aura certainement besoin un jour ou l’autre de faire réaménager ses bureaux ? Alors ils en profitent. Sauf que…

images-copie-49.jpgBah sauf que personnellement, au moment où j’ai postulé, je n’ai pas transmis mes infos dans ce but. Rappelez-vous, la législation CNIL… En plus, dans la mesure où ma candidature n’est pas retenue, mes données n’ont pas à être conservées : toujours la législation CNIL. Inutile de préciser que je leur ai envoyé une réponse pas piquée des hannetons, où je leur ai clairement dit le fond de ma pensée. Pas de réponse, bien évidemment.

 

8 pensées sur “Recruteurs : des méthodes pas très nettes”

  1. Ah la CNIL…

    Des mois que je me bats pour être retirée de la liste d’YSL… Et je devrais égalemen relancer la CNIL car une entreprise laisse mes coordonnées publiquement sur Internet (j’ai déménagé, mais mon
    portable est toujours le même). Je leur avais envoyé un RAR, mais il m’est revenu…

    1. Tu les as contactés par email ? Ca m’est arrivé à plusieurs reprises (notamment une boite auprès de laquelle j’avais tenté d’acheter des cartes de visite en ligne, sans valider ma commande !!!!!)
      et à chaque fois, mon mail a été TRES efficace…

  2. Ce genre d’entreprises s’inscrit dans la catégorie des doryphores.

    Avec internet, la CNIL est débordée de saisines et autres plaintes. La voie la plus rapide étant toujours la « plainte en ligne »: http://www.cnil.fr/vos-droits/plainte-en-ligne/

    Et vous cherchez plutot un poste de conceptrice-rédactrice ou vous êtes ouverte aussi à des postes de journaliste de presse interne (presse d’entreprise)? Ou bien encore autre chose?

    1. Je ne suis pas allée jusqu’à la pliante en ligne cette fois-ci (mais je les ai prévenus dans mon « charmant » email, qu’au prochain spam de leur part, ça allait barder…)

      Quant à ma recherche d’emploi, je cherche un poste de Responsable communication (conceptrice-rédactrice c’est ce que je fais aujourd’hui, entre autres, mais j’ai plein d’autres cordes à mon
      arc… )

    1. J’imagine qu’ils en profitent également pour vendre leurs bases de données et se faire des sous : non seulement ça ne leur coûte rien, mais en plus ça leur rapporte ????!!!! shame !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *