Quelques trucs à savoir avant même d’avoir des enfants

images-copie-50.jpgHier, j’ai découvert la vraie vie d’une mère au foyer : inutile de faire durer le suspens, je n’ai pas été emballée… Hier donc, comme des centaines de femmes (et une poignée d’hommes, il faut bien le reconnaitre), j’ai passé l’après-midi dans un célèbre parc parisien : l’un des avantages du travail en freelance, c’est qu’on peut se permettre de faire l’école buissonnière de temps en temps pendant que les autres travaillent (bon, en fait, ce n’est pas tout à fait vrai : j’ai malheureusement passé mes 8 derniers week-ends à travailler et je compte sur les doigts d’une main les journées pendant lesquelles je ne bosse pas). Mais hier, pour rendre service à Chéri-qui-avait-un-impératif-et-pas-de-solution-alternative, j’ai proposé de garder Amonbeaufils pendant quelques heures. Et vue la météo estivale, plutôt que de rester enfermés à la maison, nous avons décidé d’aller au Parc Monceau.

index-copie-75.jpgLe parc, c’est tout un univers, avec ses codes, ses règles de fonctionnement, ses habitués et ses nouveaux, et même ses stars. Sur les grandes pelouses, des centaines de parisiens venus profiter des premiers rayons de soleil : à se demander si les gens travaillent ! Bien sûr, il y a des bandes de collégiens qui vivent leurs premiers flirts, des lycéens qui fument des clopes en buvant des bières (à 15h et en plein cagnard, vous imaginez l’ambiance), des vieilles dames qui papotent et des tas d’enfants dans tous les sens, plus ou moins surveillés soit par leur nounou soit par leur maman. Alors j’ai fait comme tout le monde : j’ai sorti ma grande couverture de pique-nique (le côté « je m’assieds dans l’herbe pour communier avec la nature », très peu pour moi. Surtout quand on voit l’état des pelouses : entre les crottes d’oiseaux, les vieux mégots et la terre humide, je préfère prendre mes précautions) et je m’apprêtais à faire une bonne petite sieste bien méritée quand Amonbeaufils m’a clairement fait comprendre que les choses n’allaient pas se passer comme ça : « dis, on fait un foot ? ». Euh… A peine le temps de répondre que je me retrouvais en train de jouer les gardiens de but. 

20130424_154327.jpgAprès une dizaine de minutes, j’avais appris beaucoup de choses en matière d’enfants et de football. La première : le ballon en mousse est la meilleure invention du monde. Après avoir reçu deux ou trois ballons en cuir et plastique de la part d’autres enfants, j’ai béni intérieurement Chéri-qui-avait-eu-l-excellente-idee-d-investir-dans-un-ballon-en-mousse. Une initiative qui nous a d’ailleurs évité un certains nombre de désagréments car, malgré le grand talent d’Amonbeaufils pour jouer au foot, le ballon a malencontreusement frappé à plusieurs reprises des innocents assis sur la pelouse. Notamment cette brochettes de filles en maillot de bain, cellulite à l’air, qui cuisaient allègrement en plein soleil, les seins à l’air et les jambes bien écartées : je pense que tout le monde a vu mon fou rire lorsque le ballon d’Amonbeaufils s’est retrouvé entre les cuisses de l’une d’entre elles, complètement endormie, qui ne s’est rendu compte de rien… Voir Amonbeaufils, 8 ans trois quarts, tout rouge, essayer de récupérer sa p’tite balle en mousse à quelques centimètres du fessier de la demoiselle valait le détour !

index-copie-76.jpgBref, après un quart d’heure de sport intense, j’ai dû trouver une solution : un peu plus loin, je remarque une bande de gamins qui jouent également au foot mais en nombre impair. Hop, je file vers eux et leur propose de faire un match avec deux équipes : « mais madame (grrrrrrrrrrrrr… Ca m’énerve qu’on me prenne pour une vieille, mais je ne dis rien car l’enjeu est trop important), le problème c’est qu’on n’a que deux sacs pour faire les buts ». Pas de souci, 30 secondes plus tard, j’ai fourni les deux « poteaux » supplémentaires et Amonbeaufils donne ses tripes pour faire gagner son équipe. Quant à moi, je retrouve tranquillement ma couverture et me pose tranquillement. Pendant les 2 heures suivantes, je n’en bougerai pas.

Capture-d-ecran-2013-04-24-a-20.24.38.pngParce qu’aller au parc avec un enfant, c’est chiant. Ok, j’avoue qu’Amonbeaufils était ravi (et, il faut bien le reconnaitre, ça faisait plaisir à voir) : il courait dans tous les sens, me faisait des petits coucous pour que je regarde son but, et avait les joues roses et les cheveux ébouriffés. Mais sincèrement, que font ces mères qui passent leurs après-midi au parc ?????? Parce qu’au bout d’un moment, on s’emm…. s’ennuie sec. J’ai commencé par regarder autour de moi et certains personnages m’ont surprise. Et notamment cette nounou asiatique qui promenait une petite fille de deux ans en laisse, de long en large sur la pelouse : visiblement, je n’ai pas été la seule à être étonnée, puisqu’une petite fille assise près de moi a interpelé sa grand-mère d’un charmant « dis mamie, regarde la dame : elle promène la petite fille en laisse, comme un p’tit chien : c’est bizarre, hein ? ». La vérité sort de la bouche des enfants. Et puis il y avait ce charmant bambin de 3 ans, qui a passé son temps à essayer d’étrangler son frère jumeau, à tel point que leur père était obligé de les séparer toutes les 5 minutes (entre deux coups d’oeil graveleux dans ma direction). Mais mon Dieu que c’est long de surveiller un enfant au parc ! Bien évidemment, je n’avais pas pris de bouquin (erreur stratégique) mais d’un autre côté, autour de moi, aucune des mères et nounous présentes ne lisaient. Toutes faisaient la même chose : regarder les enfants.

20121122_145425.jpgEt c’est à ce moment là que j’ai compris combien mes parents avaient du mérite : lorsque ma soeur et moi étions petites filles, nous étions les reines du parc Monceau. Il faut dire qu’on y passait des week-ends entiers à courir, sauter, faire du roller, jouer au ballon ou à chat, faire d’interminables parties de cache-cache ou d’épervier. Tout ça pendant que mes parents nous surveillaient, des heures entières (!!!!!!!), depuis leur banc. Aujourd’hui seulement je comprends leur sacrifice et je les en remercie vivement. Une seule certitude : quand on emmène des enfants au parc, il faut y aller avec d’autres adultes consentants. Comme ça, pendant que les gamins jouent entre eux, on peut papoter tranquillement. Voilà au moins une chose que je saurai pour plus tard… Ça, et le fait qu’un tube de crème solaire est ABSOLUMENT indispensable (et qu’il ne faut surtout pas oublier la gourde et le goûter, parce que le prix de la gaufre au kiosque du parc Monceau suffirait à nourrir tous les enfants d’Afrique pendant un an).

 

10 pensées sur “Quelques trucs à savoir avant même d’avoir des enfants”

  1. Super article ! A revoir, le sketch de Florence Foresti sur les parcs pour enfants… Hilarant ! http://www.youtube.com/watch?v=mZSJBWcEsno

     

  2. D’habitude, c’est Cheriki emène son fils au Parc le mercredi après-midi ?????

    C’est mignon de découvrir le Parc Monceau sous cet angle à 30ans ! 😉

    Depuis l’adolescence, je me demande comment ma mère tenait lorsqu’elle nous emmenait au Parc (des grands ou patinoire), parce que c’était à mon tour de garder le petit dernier. Sauf que je le
    laissais jouer dans son coin, je bouquinais, et il comprenait fissa qu’il valait mieux pas venir me déranger inutilement !

    Mais sinon, depuis que j’ai découvert le monde du travail, je ne comprends pas les mères. En bonne nullipare que je suis…

     

    1. Apparemment, ma père profitait de ses loooooongues plages d’attente au parc pour prendre des cours d’angalis avec une prof particulière. Comme ça, elle joignait l’utile à l’utile

  3. Mais tu verras, quand ce sera le tien….tu trouveras cela un peu moins chiant… ;-))))

    Sinon, un petit mot pour te remercier d’avoir respecté une règle de la langue française en écrivant « interpelé » avec un l au lieu de deux comme tout le monde le fait maintenant vu que cette faute
    d’orthographe a été validée. Moi aussi je fais de la résistance, et cela fait plaisir de voir que je ne suis pas la seule!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.