Cherche, et tu trouveras… ou pas

index-copie-84.jpgEn ce moment, le marché de l’emploi, ce n’est pas joli joli… Un taux de chômage record, des millions d’actifs en recherche d’emploi, des entreprises qui y réfléchissent à deux – voire trois – fois avant de recruter, des offres qui se font rares : même en y mettant la meilleure volonté du monde, difficile d’imaginer que les choses vont s’améliorer (quoi qu’en dise notre Président, qui semble bien sûr de lui quand il s’engage à inverser la courbe du chômage). Aujourd’hui, il ne suffit plus d’avoir un beau diplôme et un super CV pour trouver un boulot : la moindre offre d’emploi reçoit plusieurs centaines de candidatures et les entreprises, submergées par des profils ultra-qualifiés près à accepter n’importe quoi du moment qu’il s’agit d’un job, peuvent se permettre de pinailler et de descendre les salaires jusqu’à des niveaux particulièrement scandaleux (je sais de quoi je parle : la dernière fois que j’ai passé un entretien pour un poste de responsable communication nationale, quand on m’a demandé pourquoi j’avais postulé alors que le poste indiquait 28 000 euros de salaire – alors que je demande bien plus – j’ai carrément répondu que je pensais qu’il y avait eu une faute de frappe sur l’annonce. Même pas…). Aujourd’hui, une recherche d’emploi est une période longue et fastidieuse. Un vrai marathon. Une épreuve à gérer au quotidien, qui demande une véritable stratégie.

images-copie-63.jpgTout commence par le CV : comme il est difficile de montrer ce qu’on est et tout ce qu’on a fait sur une seule page !! Mais impossible de ne pas en passer par là. Alors on fait des dizaines de versions différentes, qu’on montre aux uns et aux autres pour avoir leur avis (pas toujours bon, malheureusement). Photo ou pas photo ? Et la typo t’en penses quoi ? T’es sûre que tu veux mettre ça sur ton CV ? Mais pas le choix : le CV, c’est l’appât. Comme un pêcheur qui lancerait sa ligne sans un ver au bout de son hameçon, le candidat qui n’a pas de bon CV voit réduites à néant ses chances de trouver un job.

index-copie-85.jpgAu début d’une recherche d’emploi, on se dit que ça va aller, qu’on a un super profil, que dans quelques semaines on aura trouvé. Bref, on est plein d’optimisme : au risque de décevoir ceux qui commencent leur recherche d’emploi, apprenez que cette époque ne va pas durer. Rapidement, vous en aurez assez d’envoyer des candidatures comme autant de bouteilles à la mer. Il faut s’accrocher, ne pas désespérer, postuler à chaque offre avec la même motivation et la même envie. Même si c’est long, même si vous devez passer 20 minutes à remplir votre 90ème fiche de candidature de la semaine sur le site du recruteur, même si vous savez à l’avance que vous ne recevrez certainement pas de réponse, même si vous n’y croyez plus.

index-copie-86.jpgMais attention, il ne faut surtout pas ne faire que cela : à moins d’être déjà en poste (ou de travailler en freelance, comme c’est mon cas), ne se focaliser que sur sa recherche d’emploi, ça rend fou. Plutôt que de mobiliser toute son énergie à envoyer du CV à la chaîne, mieux vaut multiplier les axes de recherche. Et parmi les leviers à activer, il y a le réseau : tout le monde n’a que ce mot à la bouche. Il faut sortir, rencontrer des gens, aller à des conférences, recontacter tout son carnet d’adresse : effectivement, réseauter c’est indispensable. Sauf que… Et bien quand on cherche un boulot, logiquement, on est un peu dans la dèche niveau thunes. Alors on fait attention à son porte-feuille. Mais réseauter, ça coûte super cher : il faut inviter à déjeuner, boire des verres, payer des cotisations à des clubs professionnels divers… Rapidement, la facture s’alourdit. Alors on finit par arrêter : réseauter ou payer son loyer, il faut choisir.

index-copie-87.jpgIl y a également la terrible épreuve de Pôle Emploi : l’inscription (difficile pour l’ego), les courriers multiples à envoyer, les justificatifs à fournir, les dossiers perdus régulièrement (youpi), les longues heures d’attente pour espérer voir un conseiller, l’incompétence des agents Pôle Emploi (qui est loin d’être une légende, vous pouvez me croire… Entre la gourde qui m’a expliqué que « ah bah non, j’ai pas la case de votre secteur : je vous mets en agro-alimentaire, ça ira ? » et l’idiote qui a fait une telle boulette qu’au cours des trois dernières années, j’aurais gagné plus en touchant des allocations chomage sans rien faire plutôt qu’en travaillant d’arrache-pied comme je l’ai fait)… Sans parler des offres publiées sur le site, qu’on nous invite à consulter chaque jour mais qui, en réalité, ne mènent à rien (le jour où un cadre trouvera un boulot grâce à Pôle Emploi, ça fera la Une des journaux !). Face à une recherche d’emploi, on se sent vite très seul.

images-copie-64.jpgRechercher du boulot, c’est alterner des phases de up et de down, les montagnes russes entre « j’y crois, ça va finir par marcher » et « je n’y arriverai jamais, je vais aller bosser au MacDo ». C’est affronter en permanence le regard des autres. Socialement, chercher du boulot, c’est un handicap : comme si le fait de ne pas avoir de job était scandaleux. D’ailleurs, on ne dit pas « je suis au chômage et je galère », mais « je suis en recherche active d’emploi mais je réfléchis à une réorientation ».

images-copie-65.jpgChercher un boulot, c’est fatigant, c’est stressant, c’est long. Il y a quelques années, les choses étaient bien différentes : mon CV avait un taux de retour étonnant et je négociais mon salaire en un claquement de doigts. Désormais, alors que j’ai bien plus d’expérience, on ne me propose que des salaires inférieurs à ce que je gagnais à 25 ans, alors même que je n’avais jamais travaillé. Comme ils sont nombreux, autour de moi, ceux qui se retrouvent sur le carreau : je les vois, ces cadres supérieurs, ces hauts profils, ces cerveaux, ces super-CV qui avaiet l’air si sûrs d’eux et de leurs compétences et qui, petit à petit, perdent confiance. Comme il est difficile de continuer à croire en soi quand personne ne veut vous donner une chance…

 

10 pensées sur “Cherche, et tu trouveras… ou pas”

  1. Je compatis car j’ai aussi galéré pendant 3 ans avant de retrouver du boulot via l’intérim..bref, je suis rentrée par la petite porte dans une multinationale.En parlant de réseau, tu peux
    m’envoyer ton CV par mail et je verrais ce que je peux faire pour toi. ;))

    1. C’est adorable, mais malheureusement, je vais devoir décliner ta gentille proposition (pour de simples raisons d’anonymat… La blogosphère est une jungle et je préfère que mes « lecteurs » ne
      connaissent pas trop mon identité…). Mais un grand merci de me proposer ton aide !

      Sinon, j’avoue que je ne suis pas trop à plaindre dans mes recherches d’emploi : je cherche un job pour des raisons tout à fait personnelles mais j’ai du boulot en freelance, donc pas de stress
      financier !

       

  2. une anecdote vécue sur Pôle Emploi. « Et peau… peau… peau-vert-poing, vous connaissez ? » ben non, je ne connaissais pas. Un mouvement écolo qui veut faire la peau aux pollueurs et
    lever le poing dans les manifs, peut-être ?  et je suis passée pour une gourde jusqu’à ce que j’arrive à lire à l’envers (précieuse capacité !) ce qui était écrit sur sa fiche « Ah,
    powerpoint, bien sûr !!!! » 

  3. Je ne me reconnais pas du tout du tout dans cet article 😉 Sauf que je risque vraiment de finir chez Mac Do.

    Le pire c’est quand t’es cadre ultra qualifiée, chômeuse et célib (adieu la division par deux des factures). VDM

    1. Je crois que 3.224.598 autres personnes se reconnaîtront aussi… Allez, au moins, on se dit que les ponts de mai sont terminés et que les offres vont à nouveau être publiées sur
      les sites de recrutement !!

  4. Bonjour,

    Sans vouloir être pessimiste mais travaillant dans un secteur associé au luxe et au vu des devis et des commandes, mon conseil pour les mois et années à venir : ne pas faire la fine bouche, faire
    le gros dos, attendre des jours meilleurs et alors quand ça ira mieux se casser. Je sais c’est facile à dire mais les 1er seront servis mais les autres ? Et rassurons-nous il n’y a pas que les
    salaires qui vont baisser.

    En vous souhaitant de trouver du taff et moi de le garder.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *