Il est né le divin enfant

PHOeb8d094c-f3d1-11e2-af92-034b0987c419-805x453.jpg

Bon, il était vraiment temps qu’elle accouche Kate, parce que, hein, ça commençait à faire long tout ça… Il faut dire que cet enfant était attendu comme le Messie : comme si ce petit rôti de 3,6kg portait en lui tous les espoirs de la monarchie britannique et du Royaume-Uni. J’espère qu’il aura les épaules assez solides. L’exactitude est la politesse des rois, dit-on : celui-ci nous a fait un peu attendre…

Voilà des semaines que les journalistes du monde entier campaient devant la maternité, attendant fébrilement le moindre signe de l’arrivée du bébé. Et pendant ce temps-là, Kate était bien tranquillement chez ses parents : personnellement, j’aurais adoré qu’elle mouche tout le monde et accouche dans son fief familial, à 80km de cette horde de photographes.

 

Car, je dois bien l’avouer, cette naissance ne me plait pas beaucoup : attention, ne vous méprenez pas, je suis absolument ravie que Kate et William aient eu un bébé, qu’ils attendaient et désiraient plus que tout, et je trouve qu’il n’y a rien de plus beau qu’une famille qui se construit. Mais quand je vois que j’ai reçu, MOI (!!!!!!), des textos de félicitations pour la naissance du royal baby, je me dis que quand même, les choses vont trop loin. Non, je n’ai pas arrêté de vivre pour regarder la télévision 24h/24 en attendant la naissance. Même que je suis en vacances dans un endroit reculé où mon portable capte difficilement et où avoir Internet relève de l’impossible (cet article n’est en que plus précieux  quand on sait ce que j’ai dû faire pour le publier. Vous me pardonnerez d’ailleurs : vu le réseau pitoyable que j’ai réussi à capter, j’ai fait l’impasse sur les images), je n’ai pas été au courant de la nouvelle en temps réel. Bah non, contrairement à ce que semblent croire certains, je ne suis pas une babyzilla : pire, cette grossesse commençait à me fatiguer. Depuis l’annonce prématurée de sa grossesse, Kate a été le centre des médias du monde entier : on ne parlait plus que de son ventre. A-t-il grossi ? Est-ce que la grossesse se voit ? Edition spéciale : c’est une fille, c’est sûr, car Kate a fait une gaffe, mais si, regardez les images décryptées par notre spécialiste de la lecture sur les lèvres ! Elle a le ventre pointu : c’est un garçon ! Elle le porte bas : c’est sûr, c’est une fille ! Voilà certainement la raison pour laquelle, au grand étonnement de certains de mes lecteurs qui m’en ont fait la remarque, je n’ai quasiment pas parlé de Kate et William depuis plusieurs mois (mais je les adore toujours autant, rassurez vous !).

 

La grossesse est un moment à soi, qui permet de préparer la venue de ce qu’on aura de plus cher au monde (au sens figuré et au sens propre : quand on sait combien ça coûte d’élever un enfant…). Mais quelle pression pour Kate ! Etre au cœur de toutes les conversations, de tous les regards, ne plus exister que parce qu’on porte l’héritier. Pendant 7 mois, Kate n’aura été qu’un ventre. Et le jour de son accouchement, qui a envie qu’une foule de milliers de personnes soit agglutinée sous les fenêtres de la maternité, à attendre que « ça vienne » ? Pendant que cette pauvre Kate vivait le traumatisme de sa vie (ok, je n’ai pas eu d’enfant, mais récemment, une de mes proches amies m’a révélé qu’elle préférait ne pas me raconter la vérité sur l’accouchement de peur que je ne veuille finalement pas en avoir. Un silence qui en dit long), le monde n’attendait qu’une chose : le bébé. Ca met un peu la pression, non ? (surtout si le bébé est raté…).

 

Alors tout le monde a été content : c’est un garçon ! Même que, pour l’occasion, on a coloré en bleu les chutes du Niagara, rien que ça. Il n’a pas encore de prénom, le pauvre, mais les parieurs se déchainent : alors peut-être s’appellera-t-il Georges ou Alexander, ou bien James, plus original (les rois ont une idée bien à eux de l’originalité : on est loin des people qui appellent leurs enfants  North – très original, quand on sait que le nom de famille est West : North West… Ils ont de l’humour, les Kardashian). On le saura bien assez tôt : en attendant, on se contente de l’appeler le « royal baby » ou «Son Altesse Royale le prince de Cambridge », au choix. A la sortie de la maternité, Kate avait l’air d’être heureuse mais bien fatiguée : mais mettons nous un peu à sa place, qui a envie de se retrouver en Une de tous les journaux 24 heures seulement après avoir accouché ? A part Rachida Dati, je ne vois pas. Heureusement, la nouvelle petite famille va pouvoir se retrouver au calme, pendant un mois, le temps de se découvrir, de prendre ses marques. Même si je suis absolument ravie de cette naissance, je plains ce petit enfant : on peut déjà imaginer le fardeau qu’il va devoir porter : être sous le feu des projecteurs toute sa vie, voir le moindre de ses gestes épié, analysé, décortiqué. Pas le droit au faux-pas, petit roi. On n’espère qu’une chose : que rien n’arrive à cet enfant tant attendu par tout un peuple. Le Royaume-Uni ne s’en remettrait pas.

 

7 pensées sur “Il est né le divin enfant”

  1. Je suis du genre ultra-connectée, et pourtant, je n’ai vu qu’une ou deux photos de Kate ensemble. Je m’étonnais même qu’on en parle si peu !

    Comme quoi…

    Mais sinon, comme toi, je n’aimerais pas être Alexander, si ce n’est pour avoir Harry comme oncle : il doit bien amuser la galerie lui…

    1. Tu n’as vu qu’une ou deux photos ??? Tous les magazines ont fait leur une avec les même clichés (que j’ai quand même vu depuis le fin fond de la cambrousse !!!)

  2. Comment peut-on « adorer » des personnes que l’on ce connait ni d’Eve ni d’Adam, qui se contentent d’etre en représentation constante et dpnc dont on ne voit jamais le vrai visage ? Cela me
    dépasse.

    1. C’est fou ça, non ? Et comment peut-on perdre autant de temps à lire des articles sur un blog qu’on n’aime visiblement pas, alors qu’on a sûrement plein d’autres choses à faire ? (genre
      travailler…?)

  3. Pour etre sure de ne pas aimer un blog, encore faut-il le lire. Et pas seulement un ou deux articles si l’on veut se faire une opinion juste. Par ailleurs, ne t’inquiete pas de ma productivité au
    bureau, les blogs et autres sites superficiels et frivoles, je visite sur mon temps libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *