Visite du SDF

index-copie-58.jpgQuand on est belle-mère, il faut faire des trucs de belle-mère. N’étant pas encore devenue une experte de la belle-maternité (mais croyez-moi, je suis en passe de le devenir. Même qu’un jour peut-être, j’écrirai le bouquin « Devenir belle-mère pour les nulles »), j’apprends sur le tas et je fais au feeling. Et mon feeling me dit qu’il est important de créer des liens avec Amonbeaufils. Alors, pour ça, j’essaie de passer plein de temps avec lui et de faire des chouettes trucs. Il y a 15 jours, nous avons donc fait une sortie entre nous, laissant Chériki tout seul à la maison, pendant que nous visitions… le Stade de France.

index-copie-59.jpgSur une brillante idée de ma copine Cha, qui passait la journée avec son filleul de 10 ans, nous avons décidé de faire un tir groupé et d’emmener nos chères petites têtes blondes fans de foot visiter ce haut lieu du sport national. Et même si l’idée d’aller à Saint-Denis ne m’enchantait guère (on connait ma hantise pour tout ce qui est au-delà du périphérique), je dois avouer que j’ai plutôt passé un super moment. Le Stade de France, perso, je ne connaissais pas vraiment : à part la Coupe du Monde de 1998 et quelques concerts dont j’avais vu les affiches, cet endroit ne me parlait pas vraiment. Mais je dois bien reconnaître qu’il est plutôt impressionnant et que la visite vaut le détour.

images-copie-48.jpgAlors bien sûr, on commence par se poser dans les gradins, où la guide nous explique un peu l’histoire et les dimensions du stade. Mais le plus intéressant, c’est ce qui vient après : moi, j’aime voir les coulisses, les trucs cachés, les endroits où l’on ne va normalement pas. Et je n’ai pas été déçue. Le SDF est une vraie petite ville ! Et puis il y a surtout la zone réservée aux joueurs : le vestiaire, qu’on voit parfois un peu dans les reportages, la salle de douche (avec son jacuzzi où l’on peut être trèèèèèèèèè nombreux), la salle d’entrainement avec ses filets de protection pour protéger les lampes que les joueurs n’arrêtaient pas de casser à force de jeter des ballons. Tout est passionnant : on nous explique le parcours que vont suivre les joueurs tout au long de la journée, comment les lumières sont étudiées pour être montées au fur et à mesure des salles afin d’énerver un peu avant les rencontres, comment Ronaldinho a failli ne pas pouvoir jouer un match car il n’avait pas son badge d’accès aux vestiaires… Bref, plein de petites anecdotes qui donnent l’impression d’être un peu dans la confidence.

index-copie-60.jpgEt puis vient le moment de découvrir le terrain… Sans doute le gazon le plus cher du monde : à 150 000 euros la pelouse, inutile de préciser qu’on n’a pas le droit d’y foutre un orteil. Même que des machines spéciales sont installées pour envoyer de la lumière aux brins d’herbes pour qu’ils soient toujours bien verts, même quand le temps est tout pourri. Mais pour voir ça, la mise en scène est bien rôdée, je dois l’admettre. La guide nous place en deux équipe à l’entrée du tunnel qu’empruntent les joueurs avant d’arriver sur le terrain. Musique à fond, et on y va en courant, histoire d’arriver dans l’arène comme les plus grands joueurs. Et l’effet est bluffant !

index-copie-61.jpgMais voilà, après un peu plus d’une heure de découverte, la visite touche à sa fin : direction la boutique de souvenirs pour rapporter un petit quelque chose de cette journée spéciale. Evidemment, Amonbeaufils a choisi un ballon de foot de l’équipe de France. Evidemment j’ai dit « oui, mais c’est pas pour la maison, sinon je le confisque ». Et évidemment, il y jouera à la maison et  je gueulerai un peu, mais il avait l’air tellement content que je n’ai pas pu dire non. Franchement, on a passé une belle journée. Tellement belle, qu’on a déjà prévu de remettre ça en allant visiter le Parc des Princes.

 

7 pensées sur “Visite du SDF”

  1. Magnifique ! Tu mérites la médaille de la belle-mère parfaite ! (à ne pas être trop souvent (parfaite), sinon Amonbeaufils ne trouvera rien de plus Normal ! lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *