Madame ?

index-copie-10.jpgBon… presque un mois que je n’ai pas mis les pieds ici, faute de temps. L’organisation d’un gros événement deux jours après les tragiques événements de Charlie Hebdo m’a monopolisée pendant plusieurs semaines, et j’avoue qu’avec des semaines de 50 à 90 heures dans les pattes, j’avais du mal à me motiver pour écrire. Mais comment commencer mon année 2015 avec humour et légèreté quand on sait la morosité qui règne un peu partout ? Bref, pour la forme, je vous souhaite une heureuse année…

index-copie-11.jpgPour ma part, j’ai comme chaque début d’année, fait mon petit bilan des 12 mois écoulés, et j’avoue que 2014 a été plutôt intense : en un an, j’ai quitté mon adorable cocon du Parc Monceau pour emménager avec Chériki et Amonbeaufils (dans un autre cocon, tout aussi adorable mais 4 fois plus grand et pas loin du Parc Monceau, je vous rassure !), j’ai bossé comme une crevarde pour devenir responsable communication (oh yeah.. fierté…) et j’ai vécu mon « plus beau jour de ma vie » (en gros, Chériki et moi on s’est dit « oui ». D’ailleurs, je vais devoir lui trouver un autre surnom. Pour l’instant « Cielmonmari » est en tête de liste mais j’attends encore un peu avant de trancher). Bref, en 2014, je n’ai pas chômé. Ce qui explique certainement que mon seul projet actuel pour 2015 soit la perpective de mes vacances à la montagne dans 3 semaines. Et un week-end prolongé en Grèce au mois de juin. Pour le reste, pas de plan, on verra bien ce que l’avenir nous réserve.

images.jpgEt justement, depuis que nous avons convolé en justes noces (quelqu’un pourrait-il d’ailleurs avoir la gentillesse de m’expliquer le concept de noces injustes ?), je suis confrontée à une situation très étrange. Depuis quelques mois, tout le monde me demande pourquoi je n’ai pas changé de nom et s’étonne de voir que je ne suis pas devenue Mado Chériki. Et j’avoue que cette situation me laisse très perplexe. En effet, à la naissance, on se crée une identitié avec un prénom, mais également un nom de famille. Le mien m’a valu de nombreuses moqueries, beaucoup de malentendus et de sourires étonnés, mais j’avoue que je m’y suis habituée. Au bout de 33 ans, mon nom de famille et moi, on a fait un bon bout de chemin ensemble et on n’a pas vraiment envie de se séparer. En plus, j’ai la chance d’avoir un nom de famille qui va très bien avec mon prénom : le genre de jeu de mots qui fait qu’on le retient super facilement. A tel point qu’on m’a souvent demandé si j’utilisais un pseudonyme ou si mes parents avaient beaucoup d’humour. Ni l’un ni l’autre.

index-copie-12.jpgJe travaille depuis bientôt 10 ans, et j’ai commencé à me constituter un réseau un peu sympa : et dans le milieu professionnel dans lequel j’évolue, avoir un nom facile à retenir est un vrai plus. Sans parler du fait que je déteste mélanger vie privée et vie professionnelle : un changement de nom du jour au lendemain reviendrait d’une part à anéantir le travail fait autour de mon nom et d’autre part à faire savoir à tout le monde que je me suis mariée. Donc j’ai choisi de ne pas changer de nom de famille et de ne pas prendre celui de Chériki. Non que je n’aime pas son nom : c’est juste que ce n’est pas le mien. Je m’imagine mal répondre au téléphone ou me présenter comme « Mado Chériki ». Un nom, c’est une petite part de ce qu’on est : est-ce que vous vous imaginez changer de prénom du jour au lendemain ? Bah non. Alors pourquoi changer de nom ?

images-copie-1.jpgJe ne pensais pas que ma « décision » (qui consiste en réalité à ne rien changer…), entrainerait tant de débats : si certains de mes proches comprennent tout à fait mon point de vue (à commencer par Chériki, qui ne s’est senti ni castré ni frustré ni dévalorisé par le fait que je souhaite garder mon nom), je suis souvent confrontée à l’incompréhension dès que le sujet est abordé. « Ton mari ne le prend pas mal ? » (non), « ça ne te gêne pas d’avoir un nom différent de lui ? » (non), « Et vos enfants, ça ne t’embête pas de ne pas avoir le même nom ? » (je n’ai pas d’enfants, et on verra sur le moment : rien ne m’empêche d’utiliser un nom dans le cadre privé et un autre dans le cadre professionnel), « et pourquoi tu ne portes pas les deux noms ? » (parce que mon nom est déjà long à écrire et que je n’ai pas envie de compliquer les choses. En plus j’aime bien ma signature…). Je sens parfois l’étonnement de certains membres de ma famille, un peu conservateurs, qui ne comprennent pas vraiment pourquoi je refuse de changer de nom et me prennent pour une féministe rebelle. Ce que je ne suis évidemment pas… Et en réalité, je me moque un peu de ce que les gens peuvent penser. A bon entendeur.

 

12 pensées sur “Madame ?”

  1. Bienvenue dans le club des « féministes rebelles »!

    Comme je travaille en libéral et aussi parce que je considère que mon nom de « jeune fille » fait partie de mon identité, j’ai aussi voulu le garder et utiliser le nom de mon mari dans le « privé »
    (sur Facebook, pour les réservations, sur les courriers non officiels communs, etc…). Et c’est vraiment malheureux mais il m’arrive super souvent de devoir expliquer mon choix ou d’insister
    pour que ce soit mon nom à moi qui soit pris en compte (certaines administrations te collent direct le nom de ton époux dès qu’elles savent que tu es mariée, ex pour moi: l’Urssaf, résultat: un
    appel de cotise perdu dans la nature car ma boîte aux lettres pro ne mentionne pas le nom de mon époux). Celui qui le prend le plus mal c’est mon beau-père qui me considère comme une espèce de
    chienne de garde enragée qui pense que prendre le nom de son époux c’est de la soumission (alors que non pas du tout!).

    Bref, bon courage pour les années à venir! 🙂 

  2. Si cela te convient et que ton mari n’est pas troublé par cette décision, c’est l’essentiel. Mais je sais que devoir se justifier régulièrement est parfois usant !

  3. A première vue, en Belgique il est nettement plus courant de ne pas utiliser le nom du mari, surtout dans la sphère du travail.  Et pour l’administration, c’est exclusivement le nom de jeune
    fille qui est prise en compte, et je trouve cela excellent!

    Pour les personnes comme ma maman, c’est un peu plus compliqué; à 82 ans, elle est presque genée de dire son nom de jeune fille quand elle se présente à un guichet, tellement elle a vécu dans
    l’ombre envahissante du nom de famille de mon père.  

  4. je rappelle que, depuis une quinzaine d’années, la loi permet de choisir à la naissance lequel des noms des deux parents (ou les deux, genre dupont-durand) sera le nom de famille de
    l’enfant. Une bonne loi selon moi. Et quand on a commencé à travailler et qu’on est « honorablement connu » sous un certain nom, ce serait vraiment idiot d’en changer. Au beau-père enragé, on peut
    rétorquer : « bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée » : même s’il n’est pas familier de l’importance des réseaux sociaux, il devrait comprendre…

    1. Pour le nom des enfants, j’avoue que cela m’importe peu. Je n’ai pas la prétention d’avoir un grand nom à transmettre. En revanche, changer de nom en cours de parcours, je n’y arrive pas… Mais
      j’aime bien ton petit dicton : je vais le ressortir 🙂

  5. Je me demande si dans cette histoire, il n’y a pas une question d’âge ? de maturité ? de réflexion ? Car les femmes trentenaires qui se marient actuellement gardent leur nom de famille, et je ne
    sais pas ce qu’il en est des plus jeunes ? On dirait que les vingtenaires tiennent à changer de nom (du moins, c’est l’impression que j’ai en lisant les blogs de mariage).

    Lorsque je dis autours de moi que je garderai mon nom de famille, comme toi, j’ai exactement les mêmes questions / remarques que toi, et je réponds à peu près la même chose. A un détail près :
    pour avoir vécu un aller / retour de changement de nom, quelle galère ! 😉

    Après, ma hantise reste l’administratif : les impôts, le travail, la banque arriveront-ils à me laisser garder mon nom de famille ? Grand suspense…

    Et pour les enfants, on verra… mais plutôt les deux noms (curieusement, je n’arrive pas à faire comprendre à M. Presque Parfait que mon nom seul aux enfants ne serait pas mal ! :p )

  6. Hello ma jeune mariée!!
    Je te suis a 100%! Moi je bosse sous mon nom et je ne porte mon nom d’épouse que dans ma vie perso. De toutes façons, je vous rappelle qu’en France, l’épouse a l’usufruit du nom de son mari mais administrativement, pour la retraite, la sécu, la caf, etc…on reste Micheline Durand, épouse Trucmuch. Alors autant pas se fouler a changer de nom! Surtout que deja les possibles congés maternite – même si j’adooooore mes ptilous- vont bien plomber nos carrières, pas moyen de changer de nom au Taf. C’est pas du féminisme c’est de la survie!! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *