De l’humour avant toute chose

De l'humour avant toute chose

L’autre jour (enfin, j’entends par là « il y a quelques semaines » – à ma décharge j’ai une grande nouvelle à vous annoncer bientôt qui m’a pas mal monopolisée ces derniers temps. D’où mon absence depuis plus de deux mois ici, mais c’était pour la bonne cause), je suis tombée sur une offre d’emploi super chouette. Mais vraiment VRAIMENT super chouette. Le genre de truc où tu te dis « celle-là, elle est pour moi ». Il faut dire que depuis quelques mois, je lis des tas de bouquins sur la manière dont les femmes gèrent leur carrière : alors que j’approche dangereusement la barre fatidique des 35 ans (ça y est, le mot est lancé…), je commence à découvrir les freins dans les carrières des femmes et la question me passionne. Alors quand j’ai vu qu’une association ayant pour objet d’accompagner le changement des mentalités autour de cette problématique recherchait une responsable communication, j’ai immédiatement tenté ma chance. D’autant plus que l’offre semblait alléchante et que le profil me correspondait parfaitement : 10 ans d’expérience, bonne connaissance de la communication, sens de l’organisation, excellent relationnel et – juré je n’invente pas – un sens de l’humour à toute épreuve. Inutile de préciser que le coup de l’humour avait fini de me convaincre de postuler. A raison d’ailleurs, puisqu’à peine quelques heures après avoir reçu mon CV, la secrétaire générale de l’association me contactait pour un entretien téléphonique.

L’entretien se passe comme dans un rêve : apparemment, il est en train de se passer quelque chose… Pour une fois, je sens une vraie connexion, une manière de voir les choses, bref la secrétaire générale et moi, on se comprend. Je sais d’instinct qu’elle va me proposer un entretien en face à face. C’est d’ailleurs  ce qu’elle fait. Mais non sans aborder un point important :

– hum… (voix gênée), euh… En fait avant de nous rencontrer, je voudrais parler de la question de la rémunération…

– Oui, je vous écoute.

– Voilà, vous savez, nous sommes une association, alors nous avons un budget un peu inférieur aux prix du marché, vous comprenez…

– J’en ai bien conscience, et suis également prête à faire un effort, surtout pour un poste aussi passionnant. Quel est le salaire que vous proposez ?

– Euh, bah en fait, euh… 25k

– ….???

– Brut

– … !!!!!

– Vous vous attendiez à plus ?

– Là effectivement, ce n’est plus un effort, c’est du bénévolat. Effectivement, quand on sait que je gagnais déjà largement plus il y a 10 ans dans mon premier poste, je ne vous cache pas que cela va être compliqué.

– Oui, je sais. Mais les missions sont passionnantes. C’est peut-être pour ça qu’il faudrait que nous trouvions quelqu’un qui n’a pas BESOIN de travailler, mais juste ENVIE.

– Je comprends. Nous allons donc en rester là. Je comprends également pourquoi vous insistiez sur l’humour dans l’offre d’emploi : avec un tel salaire, il faut vraiment avoir beaucoup d’humour…

 

 

5 pensées sur “De l’humour avant toute chose”

  1. J’ai l’impression que ça correspond en brut à ce que je dois gagner : je confirme donc qu’il faut un sacré sens de l’humour, ou du bénévolat pour y répondre…
    Et j’ai hâte d’en savoir plus sur ton excellente nouvelle 😉

  2. J’ai été retenue pour un nouveau poste il y a quelques semaines…Rému OK…
    Seul problème: à aujourd’hui, je n’ai toujours pas reçu de promesse d’embauche ou contrat de travail…Juste un mail pour dire: OK, on vous prend, ça vous va pour démissionner?
    Ben, NON!
    Et après, la DAF me relance au tél limite agressive…on croit rêver!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *