Incroyable mais vrai : j’ai vu Star Wars

#IncroyableMaisVraiJaiVuStarWars

A moins de vivre sur une autre planète (et encore…), difficile d’ignorer la sortie récente du dernier Star Wars. Disney, qui sort ce nouvel opus a d’ailleurs fait un joli coup de marketing, puisque le film vient de dépasser la barre du milliard de dollars de recette, à peine 12 jours après sa sortie, et les choses ne sont pas près de s’arrêter là. Le film n’est pas encore sorti en Chine (les pauvres, ils devront même attendre jusqu’au 9 janvier pour connaître la suite des passionnantes aventures de cette désormais culte Guerre des Etoiles) mais là encore, on devrait péter les scores. Et on n’a pas encore le détail de la vente des produits dérivés, qu’on voit pulluler partout et qui, à mon avis, ont largement trouvé leur place sous le sapin cette année (j’y ai moi-même participé en offrant une clef USB Chubaka et des chaussettes Star Wars…). Bref, Star Wars, c’est LE film de l’année. Voire de la décennie, vue la réaction de certains fans… Je ne vais pas faire durer le suspense plus longtemps : moi, toutes ces histoires de sabre laser, de Jedi, et de vaisseaux spatiaux, ça m’emmerde royalement.

A chaque fois que j’explique que « non, je n’ai jamais vu de Star Wars », mon interlocuteur écarquille ses yeux et a l’air aussi étonné que si je lui annonçais que j’ai deux anus ou que je suis allergique à mes propres cheveux (ce qui est par ailleurs le cas, malheureusement… Je parle de mes cheveux, évidemment). On me propose alors systématiquement de mes les faire voir, comme si aimer Star Wars était absolument vital, au même titre que manger, boire ou respirer. Evidemment, il y a quelques années, j’ai essayé : j’ai loué le DVD (oui, c’était avant l’avènement de la VOD. Quand je pense qu’un jour, mes futurs enfants me regarderont avec des yeux ronds lorsque je leur expliquerai ce qu’est un vidéo club et un magnétoscope…) et me suis installée bien confortablement dans le canapé moelleux pour regarder ce film dont tout le monde parlait tant. Au bout de 15 minutes, je dormais comme un loir. J’ai retenté l’expérience à plusieurs reprises, chez des amis, mais à chaque fois la même histoire : je n’aime peut-être pas la guerre, mais les étoiles me réussissent plutôt bien pour m’endormir. Il n’était donc pas question pour moi de m’infliger la souffrance d’aller voir ce nouvel opus au cinéma. En plus, 2h15, franchement, même pas en rêve. Sauf que…

Sauf que Cielmonmari est un grand fan de Star Wars (comme à peu près tous les hommes de sa génération) et que j’ai été invitée à une projection privée au Grand Rex, le lendemain de la sortie du film. Autant dire que par amour, je suis prête à bien des sacrifices : aller voir Star Wars en fait partie. Alors, contre toute attente, je suis allée voir la Guerre des Etoiles (je n’en reviens pas moi-même). Ça n’a pas été facile : Cielmonmari ayant promis à Amonbeaufils qu’il irait voir le film avec lui, nous avons dû ruser et – OMG – mentir. Je sais, c’est mal, mais c’est pour son bien. En plus, il a été invité à voir le film peu après avec un de ses copains et n’a pas eu le moindre scrupule à y aller sans son père. Comme quoi, on a eu raison. Mais sur le coup, il a fallu ruser : ne pas laisser trainer les billets, ne pas gaffer, briefer mes parents venus le garder… un véritable complot niveau secret défense. Mais ça valait le coup.

Nous voici donc arrivés dans le hall, où est servi un cocktail. Cielmonmari, tout excité, me montre du doigt « un stromtrooper ! Un stormtrooper ! ». Mot qui n’éveille absolument rien dans mon esprit : en revanche, je reconnais devant moi, à taille humaine, le sale petit personnage Lego qu’Amonbeaufils avait laissé trainer par terre dans le salon et sur lequel je me suis fait un mal de chien en marchant dessus. Ma rencontre avec les Stormtroopers ne fut donc pas des plus agréables. Nous profitons du cocktail avant la projection : il y a également un stand de photos où l’on peut se faire tirer le portrait avec une sorte de lutin qui porte une tenue de moine à capuche et n’a pas de visage mais de drôles d’yeux jaunes brillants et un peu flippants (apparemment, encore un personnage emblématique de la saga… Je sens que la soirée va être un peu longue…). Allez, roulez jeunesse, on s’installe dans le Rex, on chausse nos lunettes 3D, l’écran géant descend et ça commence.

Dès les premières images, la salle devient hystérique : et vas-y que ça applaudit, que ça crie, que ça siffle… Il n’y a guère que dans Kohl Lanta, lorsque les candidats affamés gagnent un steak après des semaines de disette, qu’on retrouve cette intensité de la chose qu’on a attendue et dont on a rêvé pendant longtemps… Je me suis quand même sentie un peu seule, j’avoue. Côté film, il faut bien reconnaitre que techniquement, ça envoie du lourd : les images sont très belles et les scènes de bagarres et de courses poursuites sont impressionnantes. Après, personnellement, je déteste les films violents, alors forcément, je n’ai certainement pas tout apprécié à sa juste valeur.

Attention, ami lecteur, si tu n’as pas vu le film et que tu comptes y aller, pas la peine de lire la suite, tu risques d’être spoilé, d’apprendre des trucs que tu ne voulais pas savoir et de m’en vouloir…

Le plus bizarre, c’est que visiblement il y avait dans le film des tas de références aux épisodes précédents : par exemple, à un moment, on découvre un tas de ferraille, qui s’avère être un vaisseau utilisé dans d’autres films. La salle est devenue hystérique. Idem quand on a vu apparaitre Harrison Ford ou une femme d’un certain âge – qui s’avère être la princesse Leïa mais sans sa célèbre coupe de cheveux, ou encore le fameux Luke Skywalker à la fin du film. Bref, je pense que je suis quand même passée à côté de pas mal de trucs. Verdict ? Honnêtement, j’ai passé un bon moment. Et à part quelques scènes que j’ai trouvé un peu longues (notamment une bagarre dans la forêt, qui n’en finit pas de ne pas finir), je n’ai pas vu passer les deux heures et quart. J’irais même plus loin : j’irai au cinéma voir la suite dans deux ans, pour savoir ce qui va se passer. Mais en revanche, de là à retourner le voir à plusieurs reprises, ‘faut pas pousser…

 

4 pensées sur “Incroyable mais vrai : j’ai vu Star Wars”

  1. mes 20 ans de vie commune m’ont appris qu’il n’était pas question que j’accompagne mon chéri à ce genre de séance; nous n’aurons que plus d’enthousiasme à nous retrouver autour d’un café …après le film

  2. Tiens, toi aussi…Je n’ai pas vu les films…Je me suis endormie…
    La bagarre, le bruit des sabres (mais qui a trouvé ce bruit), le monde futuriste..;Bof!
    …Je ne peux pas y aller…
    J’essaierai de le voir dans mon canapé…

    1. Franchement, ce n’est pas un film de canapé… honnêtement, je ne pense pas que j’aurais aimé sur un écran de télévision. L’écran de cinéma est indispensable pour rentrer dans le film !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *