Ne jamais dire « Fontaine… »

bandeau_charlie

« Moi, reprendre un chien ? Jamais ! C’est beaucoup trop douloureux quand il disparaît… Je ne suis pas sûre de vouloir revivre ça à nouveau ». Voilà ce que je répondais quand on me demandait si j’envisageais d’adopter un nouveau chien après la disparition de Choupette, mon adorable toutou avec lequel j’avais partagé 11 ans de ma vie. Et je pensais sincèrement ce que je disais… Et puis le temps a passé.

Depuis quelques mois, je dois bien reconnaître que l’envie de reprendre un compagnon à poils me titillait beaucoup : certes, c’est une vraie galère (surtout au début…), mais une fois que le monstre est dompté, quel bonheur de vivre avec un animal qui est heureux de te voir 365 jours par an et te fait la fête même quand tu sors des toilettes… Depuis un moment, je plaisantais en parlant de mon prochain chien, un teckel à poils durs que j’appellerais Toby. Et puis j’arrêtais de rêver car je savais que ce n’était pas vraiment le moment. Car avoir un chien à Paris demande un peu d’organisation et de bien réfléchir à la chose : mais finalement, ma situation actuelle est plutôt idéale pour accueillir un nouveau membre dans la famille. C’est pourquoi ce week-end, Cielmonmari, Amonbeaufils et moi avons accueilli Sacapuce dans notre home sweet home

Sacapuce est un adorable cavalier king Charles d’à peine deux mois. Une vraie peluche. A tel point qu’il est impossible de faire plus de 10 mètres dans la rue sans se faire arrêter par les passants qui veulent le caresser, lui faire un câlin, connaître toute sa vie, me raconter celle de leur chien et me donner des conseils sur l’éducation canine (bien que je ne leur ai absolument rien demandé). Autant dire que la moindre sortie dure des heures…

On ne va pas se mentir : l’arrivée d’un chiot n’est pas vraiment la partie que je préfère. Alors évidemment, il est adorable, trop mignon, #rhooootropchou, mais en dehors des moments peluche, un chiot, ça reste une usine à merde. Depuis 4 jours, nous vivons au rythme du pipi-caca de toutou. « Attention, il mange, tiens toi prêt à sortir pour ne pas qu’il chie dans la maison !! » (règle de base chez le chiot : un repas chasse l’autre. Donc : il mange = une crotte / il boit = un pipi. Une fois que tu as intégré ça, tu peux commencer l’éducation à la propreté). « Arghhhh il a encore pissé dans le salon ! » (RIP mon beau parquet vitrifié, que je nettoie à longueur de journée à grand coup de lingettes parfumées…). Non, apprendre la propreté à un chiot, ce n’est pas facile. Et encore, Sacapuce est sacrément intelligent et comprend relativement vite. Mais en moyenne, un chiot n’est pas complètement propre avant ses 5/6 mois : autant dire que le plus dur est devant nous.

Sacapuce ayant son petit caractère, je sens que les 10/15 prochaines années vont être riches en anecdotes…

3 pensées sur “Ne jamais dire « Fontaine… »”

  1. Ahahaha, Sacapuce!

    Eh oui, lorsque l’on en a perdu un , on se dit plus jamais et puis le temps passe…et heureusement, la peine laisse place à l’envie de craquer, nettoyer, ramasser, se contrôler, brosser, promener, nettoyer, être réveillé, nettoyer, dire adieu à certaines de ses affaires préférées, nettoyer, répéter…

    Longue vie à Sacapuce!

    1. J’avoue qu’en ce moment je suis beaucoup dans le « nettoyer »… Mais bon, on va dire que ça ne durera pas et qu’il y a plein de belles choses qui nous attendent ensuite !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *