Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?

Vous ne le savez sans doute pas, mais j’ai une très bonne oreille et je suis super forte pour imiter les accents. Surtout celui du Québec, que je peux garder vraiment longtemps. Je pense que certaines de mes anciennes collègues ont été soulagées de me voir partir car m’entendre parler avec l’accent « Céline Dion », martiniquais ou vietnamien des heures durant n’a pas dû les faire rire tous les jours (alors que moi, franchement, je me marrais carrément). Parfois même, je prends des accents bizarres sans même m’en rendre compte, par simple imitation. Comme la fois mémorable où, au restaurant chinois, j’ai commandé « deux nems, une portion de canard laqué et cent grammes de RIIIIIIIIZ BlÂÂÂÂÂÂNC » [ndlr : il s’agit ici, vous l’aurez compris, de la prononciation avec l’accent chinois…]. C’était il y a 15 ans et ma copine, qui a assisté à la scène, se fout encore de ma gueule. Bref, je suis une éponge et sans le vouloir, je choppe l’accent.

Revenons en 2017. Il y a quelques semaines. Comme toutes les jeunes mamans, je passe beaucoup de temps à la pharmacie, pour acheter des tas de trucs indispensables (et hors-de-prix) au bien-être de Tesbeaumonfils. J’entre donc dans l’officine et m’approche du comptoir. Le pharmacien est au téléphone, apparemment avec un de ses amis avec lequel il débriefe tranquillement sa soirée de la veille. Il me jette un coup d’œil et me fait signe qu’il arrive. Et continue sa conversation comme si je n’étais pas là. Je trouve son comportement franchement limite (mais bon, ça fait longtemps que j’ai arrêté d’être désagréablement surprise par l’accueil fait aux clients dans les magasins français. Je ne vais pas relancer le débat…) mais je ferme ma gueule et prend mon mal en patience. Je me trouve donc obligée d’entendre sa conversation, que je trouve absolument inintéressante, si ce n’est ce petit défaut de prononciation que je surprends chez le pharmacien bavard et qui me fascine. Il zozotte. Mais genre vraiment. Je me laisse bercer par la douce musique de son cheveu sur la langue et essaie de m’imaginer comment je ferais à sa place (en essayant par exemple de n’utiliser que des mots sans « s ». On a bien écrit un livre entier sans la lettre « e » donc ça doit être possible… »). Je suis complètement absorbée par ma rêverie quand…

– Madame ? Madame ? Que puis-je faire pour vous ?

Je suis sortie de mes pensées d’un coup et ma réponse est sortie toute seule : « Ah, pardon bonzour. Ze voudrais du zérum phyziolozique z’il vous plaît ».

Je crois que le mec l’a super mal pris… 🙄 

1 pensée sur “Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *