OMG !!!!!! Breaking news !!!!!!

Ca y est, c’est officiel : Kate et William vont avoir un bébé !!!!!!! Non, ce ne sont pas des bruits de couloirs et autres pseudos indiscrétions rapportées par les médias depuis des mois. Cette fois-ci, c’est bien officiel, comme l’annonce le site du duc et de la duchesses de Cambridge. Enfin, on espère… En effet, si le site annonce bien sur sa Une que « the duke and duchess of Cambridge are expecting a baby », impossible d’accéder à l’article. Inutile de préciser que je suis hystérique et que je clique de manière compulsive sur « actualiser la page » pour accéder, enfin, à plus d’infos !!!!

Bon, bah avec tout ça, vous n’aurez mon article du jour qu’après-demain, parce que là, sincèrement, je ne pouvais pas passer à côté d’une telle nouvelle. Sur ces belles paroles, je vous laisse : je vais de ce pas lire tous les sites britanniques pour en savoir plus !

Inutile de vous mentir : vous allez en entendre parler pendant des mois… Vous connaissez ma passion pour le couple royal, hein ?

Capture-d-ecran-2012-12-03-a-17.20.04.png

 

Rencontre avec ceux qui font les fêtes

images-copie-105.jpgCe week-end, c’était toutoutyoutou. Deux soirs, deux fêtes. Inutile de préciser que mon petit corps de jeune (hum hum) trentenaire n »est plus trop habitué à tant de festivités… Pourtant, des soirées, j’en ai fait des dizaines, voire des centaines. Oui, a long time ago, j’ai été une clubbeuse (damned, que le temps passe vite…) : quand je pense qu’à une époque, j’arrivais en boite à 23h30 (à l’ouverture des portes, quoi) pour n’en repartir qu’à 7h, chassée par l’arrivée du service de nettoyage, après avoir passé toute la nuit sur le dance-floor. A l’époque, j’étais drôlement résistante. Aujourd’hui, quand je me couche à 3h, j’ai l’impression de faire une nuit blanche. Bref. Donc ce week-end, j’ai pu constater que les fêtes se suivent, ne se ressemblent pas, mais qu’il y a toujours certains profils de fêtards qui, eux, ne changent pas. Des individus que, quelle que soit la soirée, vous êtes quasiment sûr de rencontrer…

Continuer la lecture de « Rencontre avec ceux qui font les fêtes »

Quand votre pipi vaut de l’or

images-copie-73.jpgCet après-midi, profitant d’un petit rayon de soleil, j’ai décidé de rentrer chez moi à pied après un déjeuner avec une amie. Déjeuner pendant lequel, comme à mon habitude, j’ai beaucoup bu (rien d’alcoolisé, rassurez-vous. La pinte de mojito, c’est prévu pour ce soir…). Et bien sûr, par flemme, je ne suis pas passée aux toilettes. Sauf qu’avec ma vessie de lapin nain, j’aurais dû me méfier… D’autant plus que j’ai quelques courses à faire ici et là, et que je ne rentrerai pas à la maison avant une bonne grosse heure. Dilemme…

Continuer la lecture de « Quand votre pipi vaut de l’or »

Avec les compliments de la maison

images-copie-50.jpgAujourd’hui, j’vous aurais bien parlé de Pôle Emploi, parce que celui là, il me fait bien des misères en ce moment, mais comme on m’a toujours dit que « quand tu sens que tu es vraiment très énervée, attends un peu avant d’exploser : on dit toujours des conneries sous le coup de la colère », bah je préfère laisser passer un peu de temps avant de vous en dire plus sur le cauchemar que je vis depuis maintenant plusieurs mois… Auto-entrepreneurs, keep posted : ça va vous intéresser, je ne vous dis que ça… Bref, pour se divertir, abordons aujourd’hui un sujet beaucoup plus agréable : les compliments.

Continuer la lecture de « Avec les compliments de la maison »

Comment mon blog a changé ma vie

images-copie-3.jpgCe matin, je vous avais préparé un p’tit article prêt à être mis en ligne quand j’ai vu ce chiffre étonnant à côté du nombre d’articles publiés : 999. Mon article du jour allait donc être le millième. Damned. Déjà ? Alors, pour le millième, je ne peux décemment pas vous parler de politique (tant pis, ça serait pour après demain…) : il faut faire quelque chose de spécial. Mais quoi ? J’aurais dû être plus prévoyante, faire attention, organiser un truc exceptionnel : un dîner de mes plus fidèles lecteurs ? une fête ? un best-of ? Mouais, tout ça, ça fait un peu imbue de soi-même. Je pourrais également remercie tous ceux qui me lisent, mais d’un autre côté, on n’est pas à la cérémonie des Oscars, et s’ils viennent régulièrement, c’est bien aussi qu’ils y prennent plaisir (enfin, j’espère) (sauf ceux qui reviennent pour m’insulter, mais ceux là, c’est une autre histoire).

Continuer la lecture de « Comment mon blog a changé ma vie »

You may kiss the jelly lips

images-copie-133.jpgInternet a littéralement révolutionné les relations à distance. Avant, quand, pour une raison ou une autre, deux amoureux étaient séparés, les choses étaient un peu plus compliquées à gérer que maintenant. On s’écrivait des lettres qui mettaient parfois de longues semaines à arriver. On s’appelait avec parcimonie parce que les communications, surtout avec l’étranger, coûtaient cher : on restait souvent un peu plus tard au bureau pour profiter de la ligne d’entreprise pour appeler son chéri installé aux USA… Et cette époque n’est pas si lointaine : je me souviens encore de ma mère qui partait chaque année assister à un congrès professionnel aux Etats-Unis, alors que je n’avais alors que 8 ou 9 ans. Pendant près de 15 jours, nous ne nous parlions pas : ses coups de fils nocturnes (décalage horaire oblige) étaient réservés à mon père et ne duraient que quelques minutes, le temps de dire que tout allait bien. Pour le détail de ses aventures américaines, il fallait attendre son retour.

Continuer la lecture de « You may kiss the jelly lips »

Godde sève ze couine !

images-copie-68.jpgDepuis quelques semaines, la France vit à l’heure anglaise. Il faut dire qu’entre le jubilé de la Reine et les Jeux Olympiques qui arrivent à grands pas, on n’a pas fini d’en souper avec nos amis les rosbeefs. Pour mon plus grand plaisir, d’ailleurs, car malgré quelques déboires lors de mon séjour londonien, je garde un attachement très profond pour la culture britannique. Il faut dire que le sentiment d’appartenance et de patriotisme est très fort de l’autre côté de la Manche.

Continuer la lecture de « Godde sève ze couine ! »

Statut Facebook : le Top 10

images-copie-24.jpgDepuis son lancement en 2004, Facebook a révolutionné Internet et les relations humaines. A tel point que certains écrivent même des bouquins sur ce phénomène mondial (petit coup de coeur, au passage, pour le très juste « Facebook m’a tuer », dont je me suis absolument délectée et qui décrypte avec beaucoup d’humour les travers des utilisateurs du célèbre réseau social). Il faut dire que Facebook est véritablement devenu un sujet d’étude sociologique : si vous êtes inscrit, vous avez forcément remarqué qu’il existe différents types d’utilisateurs.

Continuer la lecture de « Statut Facebook : le Top 10 »

Où il est question de tétons tous durs…

Je sais, je sais, le vendredi c’est politique. Mais je dois vous avouer que cette campagne commence à me fatiguer. Et j’imagine que vous aussi : les médias nous épuisent à analyser, éplucher, scruter, déchiffrer le moindre geste ou la plus petite parole des candidats et tant de choses ont été dites que je n’ai même plus envie d’aborder le sujet. Bref, ma prochaine participation à cette élection aura lieu dimanche matin, quand j’irai mettre mon bulletin dans l’urne. Et donc aujourd’hui, pour vous changer  les idées et vous faire oublier un peu la guéguerre gauche-droite qui divise la France, je vous raconte une petite anecdote qui m’est arrivée voilà quelques années, alors que je vivais encore à Londres (j’avoue, je n’en avais pas parlé publiquement sur ce blog à l’époque : les hontes ne deviennent drôles qu’une fois qu’on a pris un peu de recul).

Continuer la lecture de « Où il est question de tétons tous durs… »

Apprendre à cuisiner…

images-copie-3.jpgJ’vous l’ai p’t’être pas dit, mais pour Noël, j’ai été bien gâtée… En plus d’une semaine à Courchevel, et d’un petit séjour à London (coming soon : plus que quelques jours à tenir avant de retrouver mon carrot cake préféré, Cath Kidson, Primark et mon Winter Pimm’s… Mais tout ça, ça sera après une intense semaine de travail acharné…), j’ai reçu un coffret WonderBox spécial gastronomie. Ma soeur a tout pigé : un cours de cuisine, voilà se qu’il me fallait. Alors bien sûr, j’ai épluché la petite brochure qui accompagnait le coffret afin de trouver le cours que j’allais suivre.

 

images-copie-4.jpgEn bonne (ex) marketeuse, j’ai bien évidemment fait une petite étude de marché, afin de savoir quel était le cours le plus adapté à mes besoins. Il faut dire que chez Wonderbox, il y a à boire et à manger. C’est le cas de le dire… En gros, on trouve de tout, le meilleure comme le pire : ça va de l’atelier pour apprendre à cuisiner un repas pour deux personnes (et on repart même avec sa bouteille de Champagne mousseux) au cours de cuisine africaine ou de pâtisserie. Ça tombe bien : moi, je veux apprendre à faire les macarons au chocolat. Oui, je dois bien l’admettre : le macaron au chocolat reste, à ce jour, mon plus gros échec culinaire… Pour une raison que je ne m’explique toujours pas, il y a une préparation – et une seule – qui me résiste : la ganache au chocolat. Donc mon choix s’est porté sur un cours de macarons. Bon, on avance, c’est bien. Je sélectionne ensuite les cours dans Paris et commence à chercher un peu sur Internet les commentaires de gens ayant participé. Et là, la déconvenue… D’un autre côté, les coffrets cadeaux, c’est généralement connu pour être un peu de la merde et pour offrir un service assez bas-de-gamme.

 

images-copie-5.jpgLes cours sont en réalité des ateliers avec une dizaine de participants. Je connais le principe : j’ai déjà testé. En gros, tu te retrouves dans une immense cuisine, avec plein d’inconnus pas fun pour un sou (pourtant, moi je trouvais mes blagues très drôles à l’Atelier de Chefs… Il faut croire que les gens n’ont pas d’humour et ne sont pas là pour rigoler. Heureusement que Chéri-que-j-avais-entraîné-la-dedans partage pour amour de la boutade…) à faire de la cuisine pour les débiles. Je n’exagère même pas : la dernière fois, il fallait monter des blancs en neige. Fastoche. Mais pour nous éviter tout accident (et gagner du temps, certainement), on nous avait séparé les blancs des jaunes à l’avance, dans des barquettes en plastique. Et tous les ingrédients avaient été préalablement pesés. Ce n’est pas ce que j’appelle cuisiner…

 

index-copie-2.jpgEt puis je n’ai pas envie d’apprendre des recettes dans une cuisine professionnelle super équipée : moi, je veux apprendre chez moi, avec mon matériel de base, et pouvoir être certaine d’être capable de reproduire la recette… Ce n’est pas ma copine Cha qui vous dira le contraire : elle a eu la chance de suivre un cours de brioche chez Lenôtre. Top. Sauf que bien sûr, elle n’a pas d’appareils lui permettant de mesure la température de l’air et de la préparation. Moi, je pense que la cuisine doit être simple. Pas besoin de tralalas et de chichis pour que ça soit beau et bon… Et je veux trouver quelqu’un qui réponde à toutes mes questions, et Dieu sait si j’en ai !

 

J’ai donc repris mes recherches du cours parfait, sur Internet. Et là, la bonne surprise : un professeur qui vient à domicile pour m’enseigner ce que je veux. Ni une ni deux, j’envoie un mail et booke une séance 100% macarons au chocolat avec Laurent Coutantic.

 

index-copie-3.jpgAvec Laurent, on est bien loin des ateliers impersonnels. Laurent, il est passionné de cuisine : ça se sent au premier coup d’oeil. Il explique tout, donne des astuces, des p’tits trucs, fait preuve de BEAUCOUP de patience. Il aime les produits, la cuisine, le partage, les goûts, les couleurs. Il est généreux de cuisine, et c’est un vrai bonheur d’échanger avec lui. Parce que même si c’est lui le prof, il reste curieux de découvrir de nouvelles saveurs, de nouvelles odeurs (oui, je lui ai fait découvrir mon fabuleux vinaigre d’ortie !!!!!). Laurent, il prend le temps : contrairement aux autres profs qui bloquent sur le timing et ne perdent pas de temps à papoter, il ne compte pas ses heures.

 

index-copie-4.jpgBilan de l’histoire ? Je masterise le macaron au chocolat comme personne… Et Laurent est devenu mon professeur officiel de cuisine. Et Chéri-qui-est-obligé-de-goûter-tout-ce-que-je-cuisine va devenir obèse…