Maîtresse d’école = vilaine sadique ?

stock-illustration-13765369-stressed-boy-student.jpgA la fin d’une longue et harassante journée de boulot, passée à gérer en permance de micros crises, on ne rêve en général que d’une chose : poser son cul sur le canapé et prendre tranquillement l’apéro en se détendant. Mais la réalité est souvent bien différente de cet idéal. Dans la vraie vie, quand tu as des enfants, les choses sont loin de se passer ainsi. Et ça marche aussi quand tu as des « beaux-enfants » (je ne parle pas de leur physique, vosu l’aurez compris). Bref, le soir, quand je rentre avant Chériki (ce qui n’arrive pas si souvent ces derniers temps – le pauvre, il se tape toute l’intendance en ce moment…), ma première question à Amonbeaufils est indéfectiblement « ‘as-tu fini tes devoirs ? ». Invariablement, il me répond « oui, mais il reste un petit truc ». Le « petit truc » en question consistant généralement en un commentaire de livre à rendre le lendemain (alors que le livre n’a pas été lu) ou tout autre devoir donné par la maîtresse 3 semaines à l’avance. Les enfants et l’anticipation, ça fait souvent deux. Continuer la lecture de « Maîtresse d’école = vilaine sadique ? »

J’m’en foot

index-copie-51.jpgQuand on n’a pas d’enfants (ce qui est mon cas, et qui explique pourquoi mes seins sont encore à la bonne hauteur), on n’imagine pas qu’il y existe un univers parallèle… Quand vous n’êtes pas l’heureux parent (n°1 ou n°2, peu importe : tout le monde est dans le même bateau) d’une charmante tête blonde (ou brune, ou rousse), le week-end est un moment de repos, entièrement consacré à des activités plutôt réjouissantes. Et bien, amis célibataires et couples de DINK (« Double Income No Kids » : oui, les marketeux sont passés par là et ont même inventé une belle catégorie pour les couples sans enfants, qui ont donc un pouvoir d’achat plus conséquent – car avoir des mioches, ça coûte un bras… Déjà qu’un chien c’est cher, alors imaginez un peu avec un enfant…), méfiez-vous, cette liberté n’a qu’un temps. Le week-end dernier, j’ai découvert ce que font les parents le samedi matin…

Continuer la lecture de « J’m’en foot »

Uber pop – l’essayer, ne pas l’adopter

06054036-photo-snapcar-chauffeur.jpgC’est jeudi soir dernier qu’a eu lieu le dîner assez important que j’organisais depuis des semaines pour mon boulot (d’où mon silence ici ces derniers temps : j’avais un peu la tête ailleurs et pas réellement le courage de passer du temps supplémentaire sur l’ordinateur après mes journées au taf). Des invités triés sur le volet, un lieu prestigieux et des enjeux financiers non négligeables : inutile de préciser que j’ai fait une cure intense d’Euphytose et de nombreuses séances de sophrologie pour gérer le stress lié à cet événement. Mais voilà, ça y est, il est minuit, tout le monde est parti : je vais enfin pouvoir rentrer me coucher et retrouver Chéri-qui-me-chauffe-le-lit ! Mes collègues et moi nous retrouvons dans la rue et attendons nos taxis. Ou plutôt nos VTC : car oui, grosse nouveauté au boulot, nous avons créé plein de comptes chez ces sociétés privées qui proposent une voiture avec chauffeur, histoire d’en finir avec la galère des notes de frais et des taxis qu’on cherche pendant des plombes.

index-copie-47.jpgLe premier véhicule arrive : une grosse berline noire, dont sort un chauffeur classe qui ouvre la porte et emmène mes 3 premières collègues chez elles. Quelques minutes plus tard, la deuxième voiture vient chercher mon autre collègue. Même topo : voiture haut-de-gamme, chauffeur ultra chic qui ouvre la porte… Il ne reste plus que moi sur le trottoir : j’attends moi aussi mon chauffeur.

Continuer la lecture de « Uber pop – l’essayer, ne pas l’adopter »

Bride to be or not to be ?

index-copie-44.jpgLes futures mariées ont-elles toujours un comportement bizarre et totalement irrationnel ? C’est ce que je vais finir par croire. Et pourtant, je ne me sens pas vraiment concernée par le problème. Peut-être suis-je totalement dans le déni, mais je n’ai pas l’impression de m’être transformée en « Bridezilla » (vous savez, ces futures mariées hystériques qui passent 18 mois épouvantables à ne vivre que pour organiser ce qui doit être le plus beau jour de leur vie, quitte à faire vivre un véritable cauchemar à leur entourage). Loin de là. Pire, je dois bien avouer que tous ces tralalas me font un peu chier…

Continuer la lecture de « Bride to be or not to be ? »

Pression à l’enfant : le calvaire de la trentenaire

images-copie-29.jpgJ’ai 32 ans. Voilà, c’est dit. Et depuis que j’ai passé la barre symbolique de la trentaine (*soupir*), j’ai bien remarqué que mon entourage semblait très préoccupé par ma future descendance. Tout a commencé progressivement : quand j’ai soufflé mes 30 bougies, on m’a dit « bon, bah maintenant tu vas avoir envie d’avoir un bébé, non ? » Non. Et puis il y a eu ces petites phrases placées ici et là : ces « regarde comme elle est mignonne, ça ne te fait pas envie ? » (non), ces « tu verras quand ça t’arrivera », et tous ces « alors, c’est pour quand ? » auxquels je ne savais même plus quoi répondre de peur de devenir franchement désagréable. Et encore, ce rappel incessant de mon âge qui avançait et de cette envie de pouponner que j’aurais dû ressentir, ne m’atteignait pas vraiment.

Continuer la lecture de « Pression à l’enfant : le calvaire de la trentenaire »

Se sacrifier pour la science

index-copie-24.jpgIl y a quelques semaines, parmi les faits divers qui ont marqué l’été, il y a eu la triste histoire de ces deux enfants foudroyés pendant leur camp de vacances. Et, manque de pot, en entendant les journalistes de France Info relater les faits (pffff si on doit même censurer les news radios pendant les trajets en voiture, ça va être compliqué…), Amonbeaufils a commencé à développer une véritable phobie de l’orage. Forcément, pour essayer de lui prouver par A+B que la foudre, ce n’est pas dangereux quand on est bien à l’abri, j’ai décidé de l’emmener au Palais de la Découverte. Franchement, parfois, je devrais réfléchir avant d’agir.

Continuer la lecture de « Se sacrifier pour la science »

Crise d’hipsterie

images-copie-68.jpgQuand j’étais ado, comme tous les jeunes de ma génération, je regardais le Club Dorothée. Parmi les séries diffusées dans le programme, je suivais avec assiduité « la vie de famille », une série racontant l’histoire d’une famille afro-américaine de la middle class. Parmi les personnages, il y avait Steve Urkel, le voisin un peu envahissant de la famille : grosses lunettes à monture colorée, pantalon trop court – taille bien haute – porté avec des bretelles et une belle chemise à carreaux. Sans oublier son superbe pull jacquard ou son chandail de grand-mère. C’est bien simple : dans les années 90, Steve Urkel avait le look parfait du looser de service. Vingt ans plus tard, les choses ont bien changé…

Continuer la lecture de « Crise d’hipsterie »

Se faire prendre pour une conne

index-copie-80.jpgComme tous les travailleurs en freelance qui bossent depuis leur domicile, s’il y a bien une chose dont je ne peux pas me passer, c’est ma box Internet. Grâce à elle, le monde – et surtout mes clients – est au bout de mes doigts… Idem pour le téléphone, qui me permet d’appeler partout sur la planète pour presque pas un sou. Bref, quand je n’ai plus Internet, ma vie s’arrête. Et c’est malheureusement ce qui m’est arrivé la semaine dernière.

Continuer la lecture de « Se faire prendre pour une conne »

Quelques trucs à savoir avant même d’avoir des enfants

images-copie-50.jpgHier, j’ai découvert la vraie vie d’une mère au foyer : inutile de faire durer le suspens, je n’ai pas été emballée… Hier donc, comme des centaines de femmes (et une poignée d’hommes, il faut bien le reconnaitre), j’ai passé l’après-midi dans un célèbre parc parisien : l’un des avantages du travail en freelance, c’est qu’on peut se permettre de faire l’école buissonnière de temps en temps pendant que les autres travaillent (bon, en fait, ce n’est pas tout à fait vrai : j’ai malheureusement passé mes 8 derniers week-ends à travailler et je compte sur les doigts d’une main les journées pendant lesquelles je ne bosse pas). Mais hier, pour rendre service à Chéri-qui-avait-un-impératif-et-pas-de-solution-alternative, j’ai proposé de garder Amonbeaufils pendant quelques heures. Et vue la météo estivale, plutôt que de rester enfermés à la maison, nous avons décidé d’aller au Parc Monceau.

Continuer la lecture de « Quelques trucs à savoir avant même d’avoir des enfants »

Mort : échéance de fin de moi

index-copie-51.jpgCe week-end, Amonbeaufils et moi, on a eu une conversation très sérieuse. On a parlé de la mort. Pas de la mort de ses putain de Lego qui se font la guerre : non, on a parlé de la mort des gens qu’on aime. Il faut dire qu’à 8 ans trois quarts (oui, Amonbeaufils insiste BEAUCOUP sur le trois quarts. Huit ans trois quarts, ça veut dire presque neuf, et à cet âge là, tu as encore hâte de vieillir d’un an. Après, les choses changent..), la mort reste encore quelque chose de très difficile à comprendre.

Continuer la lecture de « Mort : échéance de fin de moi »